AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Je ne suis pas en retard, juste à l'heure du thé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Double-Compte : Willy, Alan & Clarky
Identité du conte : Lièvre de Mars
Crédits : Xoangel
Avatar : Jonny Lee Miller
Messages : 98
Date d'inscription : 04/03/2015

MessageSujet: Je ne suis pas en retard, juste à l'heure du thé Mer 4 Mar - 16:24

Haigha Harrey
My soul is in the sky.



Nom complet Joseph Cliff Harrey dit Haigha Harrey
Âge 30... 39 ans ?
Anniversaire Le 17 Mars
Sexe *vérifie* Mâle !
Orientation sexuelle Indéterminée
Libre ou en couple ? ; Libre
Identité(s) de conte(s); Lièvre de Mars (Alice au pays des Merveilles)
Groupe Wonderland
Métier (facultatif) ; Fou
Avatar Jonny Lee Miller

Description

Joseph est plutôt grand même s'il n'en a pas l'air de prime abord. Certes, phrase surprenante s'il en est puisque la première chose que l'on remarque chez quelqu'un est, en général, sa taille. Mais il est tellement recroquevillé sur les objets de ses nombreuses lubies qu'on le voit rarement se tenir assez droit et debout pour pouvoir estimer sa hauteur. Il semble donc avoir une taille plutôt normale voir parfois petite pour un homme. Il est assez carré également bien que l'on puisse se demander quand il trouve le temps de faire du sport ou de la musculation. Ce n'est pas non plus un bodybuildeur, mais il tient sans doute son attention - toute relative - pour sa forme physique de son éducation stricte. Oui, éducation stricte, vous ne rêvez pas, mais vous comprendrez plus tard pourquoi.

De cette même éducation, Joseph à gardé certaines manières, des phrases surtout. Dire merci, s'il vous plait, prenez donc une chaise... il sait aussi faire un baise-main, saluer à la plus ou moins civilisé et utiliser ses couverts convenablement. Un vrai lièvre savant ! Il fait encore tout cela, mais rarement aux bonnes occasions. Aussi ne vous étonnez pas s'il se met à débattre tout à coup sur la façon de tenir sa fourchette à salade alors que vous venez de lui demander votre chemin. Après tout, c'est de bon ton pour un Wonderlandien. Ceci mis à part, il est brun, cheveux courts, mais pas raz, un peu dégarnit sur les tempes, mais pas chauve, un peu miteux, mais bien vêtu... enfin normal... enfin à peu près. Et un peu sale, mais pas... très propre.

Quant à ce qui est du caractère, retenez qu'il est fou, plus que fou, qu'il ne semble pas être tout seul dans sa tête. Il est aussi intelligent, surprenant pour le moins, et peut avoir des éclairs de lucidités lors desquels c'est une aide précieuse pour résoudre n'importe quel type de problème. Hélas, ce ne sont que de brèves éclaircies dans sa folie furieuse. Heureusement, comme beaucoup à Wonderland, c'est un fou pacifique, aimable, chaleureux, agréable presque. Un peu névrosé sans doute, mais sans prises de têtes. Il rit beaucoup, pour tout et rien, sauf quand il est question de prendre un bain. Plutôt vif dans ses mouvements, un peu lâche, pour ne pas dire beaucoup, mais fidèle à ses amis ou sa cause. Enfin... si vous l'attrapez et lui donnez une occupation quelconque il acceptera sans se poser de questions et ce qui que vous soyez.




Histoire


Peut-on parler d'enfance pour un personnage de contes ? Car en soit, le point commun entre tous les personnages, c'est qu'ils ne semblent pas exister en dehors de ce que l'on écrit d'eux. Pour nous tous, le lièvre de Mars est une petite boule de poils sans raison ni logique. Pas de passé, pas d'avenir en dehors de prendre le thé avec le Chapelier. Pourtant Joseph à bien une histoire avant d'être ce lièvre d'Alice. Est-elle réelle ou non ? En tout cas, elle commence dans le Lancashire.

Dans l'arbre généalogique des Harrey, il y avait plusieurs branches, plus ou moins longues et plus ou moins larges. Le corps de la famille était composé de militaires de carrière, de notables, de personnages de hauts rangs dont on ne connaissait même pas l'emploi. Sur les branches périphériques, il y avait les Harrey du Sud, proches des affaires de l'état - depuis que la jeune Lizzie Harrey avait épousée un Duc - et considérés comme parvenus par les fiers Harrey pure souche. Sur une branche plus frêle, il y avait les Harrey du Nord. Riches propriétaires terriens dans les contrées hostiles de l'Irlande. Enfin, il y avait la branche des Harrey de Londres, qui détenaient quelques parts dans des industries ferroviaires et ne faisait que croitre. Tout ce petit monde se retrouvait une fois par an dans le vaste manoir familial cédé par la bonté de la gracieuse mère du Duc à la fiancée de son fils. La vie était belle, ils ne manquaient ni d'argent ni d'influence et, mis à part les contraintes de la haute-bourgeoisie, on ne pouvait compter aucune ombre au tableau. Aucune, mis à part peut-être la malheureuse histoire de notre pauvre Joseph qui ne demandait pourtant rien à personne.

Joseph était né a une époque où il faisait bon ton d'être aussi droit dans ses bottes qu'un militaire, et la meilleure façon d'atteindre cet objectif était de faire entrer tous les fils dans l'armée de la reine. la famille Harrey était bien loin de faire exception et tous attendaient beaucoup du dernier né de la soeur de l'héritier du manoir familial. Et, en effet, durant ses premières années il fut un Harrey exemplaire.
Garçon serviable et poli, toujours attentif à sa place dans la société et à respecter les valeurs de sa famille autant que les obligations de son rang. Il obtint de très bonnes notes en classe et égalait en vivacité d’esprit bon nombre de ses ainés, allant parfois jusqu’à réussir à mener une conversation en compagnie de son Duc d’oncle et de ses savants amis. On lui prédisait un brillant avenir alors qu’il entretenait son corps autant que son esprit et que bon nombre de jeunes femmes auraient été ravies de l’épouser. Hélas, tous ces beaux rêves furent brisés à ses vingt ans, jour pour jour, lorsqu’il se mit à adopter un comportement tout à fait inacceptable.
En effet, il se mit à parler sans cesse du fait d'entendre des voix et de voir des choses qui n'existaient pas, les tenant pour véritables au point qu’elles remplacent peu à peu sa vision du réel. L'ont mis d'abord cela sur le compte d'une imagination débordante refoulée et tous les Harrey prirent soin de cacher cette honte familiale à la bonne société. On se consola en se disant que le jeune Joseph finirait en philosophe ou en un quelconque associé de notaire. Ce qui était loin d’égaler les espoirs de grandeur, mais aurait été bien préférable à la vérité.

Car en réalité, il fut bientôt évident que Joseph était atteint de schizophrénie. Dès son anniversaire, son état ne fit qu’empirer. Un matin il pouvait se réveiller comme le gentleman exemplaire qu’il était et, le midi, sans aucune raison, tourner à l’hystérie. Il pouvait discuter tout à fait normalement avec une de ses cousines et se mettre soudain à tenir des propos odieux qui lui valurent plus d’une claque retentissante. En quelques mois, il se retrouvait à changer de caractère d’un claquement de doigts et poussait des éclats de rire stridents entre deux théories saugrenues. Bien vite, les Harrey décrétèrent que cela n’était plus possible et on envoya Joseph dans une petite maison de vacances avec sa mère pour que leur honte laisse un peu tranquille le reste de la famille. Joseph trouva cela excellent.

La petite maison se trouvait dans la campagne anglaise, à l’autre bout du Lancashire. Il y avait de nombreux champs dans lesquels il faisait bon se promener et même un bord de mer où Joseph s’était interdit d’aller sous prétexte qu’une vilaine bête géante aurait put surgir par derrière et le pousser à l’eau. Ce dernier point capital lui faisait grand peur, d’autant qu’il lui semblait toujours entendre ronronner lorsqu’il arrivait au bout du dernier chemin qui le séparait de la grande étendue salée.

Un matin comme un autre et sans aucune raison qui aurait put laisser prévoir ce qui allait se passer, Joseph se rendit justement au bout de ce chemin et s’y arrêta en tapant du pied sur le sol et plissant le nez. Il avait décrété – ou plutôt les voix avaient décidées pour lui – qu’il ne pouvait rester plus longtemps sans savoir à quoi ressemblait la bestiole qui le terrorisait dans ses promenades et semblait de plus en plus chercher sa mort. Malheureusement, lorsqu’il fit un pas vers la mer, il bascula dans un terrier de lapin et fit une très, très, très, très, très, très longue chute avant de s’écraser sur les fesses dans un monde tout à fait étrange.

A perte de vue se trouvaient des champignons géants et des fleurs aux couleurs improbables. Il y avait des rochers, des brins d'herbes gros comme des arbres et des bestioles énormes qui voltigeaient de tous côté en crachant le feu et couinant à qui mieux mieux. Devant lui se tenait, non pas une table avec une clef et une fiole de potion, mais deux habitants de ce curieux pays qui lui lancèrent un curieux regard avant de le relever et de lui demander d’où il venait.

— Vous d’où venez vous ? lança-t-il aussitôt. De la gauche ou de la droite ? De devant ou de derrière ? Moi je sais que je viens d’au-dessus et vu que je le sais déjà votre question ne me sert à rien. Maintenant je pourrais vous demander où je suis tombé, mais vu que vous connaissez sans doute la réponse, il ne vous servirait à rien d’y répondre. Alors laissez-moi me demander où je suis avant que vous vous demandiez qui je suis.

Assez peu surpris, les deux inconnus lui adressèrent un large sourire et il écopa d'une claque dans le dos et d'une autre sur le bras, si fortes qu'il tomba une nouvelle fois par terre et eut une exclamation.

— Hey gars ! Faites un peu attention ! On ne bouscule pas un Harrey comme ça ! Je connais un Duc moi ! Je peux vous faire couper la tête.

"La tête ! La tête ! Coupe les têtes !" hurlèrent aussitôt les voix.

— Tête...

Il n'en fallut pas plus pour que Joseph soit abandonné dans la forêt, mais bel et bien adopté par le pays. Les premiers temps furent assez dur, complétement perdu, sans relation et encore un peu trop lucide pour être honnête, notre malheureux jeune homme parcourut sans relâche le pays des merveilles à la recherche d'un petit coin à l'ombre des champignons où il aurait put construire sa maison. Il fut bientôt connu à travers tout le pays comme Haigha Harrey, l'égaré, plus fou qu'un lièvre de Mars et qui devait l'être puisqu'il datait du même mois.

Vint un heureux jour où l'ont eut pitié de lui et que plusieurs habitants du pays des merveilles lui apportèrent dans son sommeil de quoi construire une maison. Ce ne fut d'abord que quelques planches que Joseph entassa tant bien que mal pour former une cabane bancale, puis des briques, du ciment, des fenêtres sans puis avec carreau... peu à peu la maison commença à avoir fière allure. Il n'y avait que la décoration qui laissait à désirer. Les généreux donateurs avaient eut l'idée d'offrir à leur protéger un mobilier aux formes uniquement composées de têtes de lièvres. Des étagères aux tables basses en passant par les fauteuils, le canapé et même les têtes de lit et les oreillers, rien n'y manquait. Une plaisanterie de mauvais goût qui eut un effet spectaculaire sur Joseph qui oublia complétement qui il était pour se prendre pour un lièvre.

Quelques jours durant il se gratta donc les oreilles comme un lièvre, gambada dans les champs comme un lièvre, mangea des trèfles et des champignons comme un lièvre, bondit comme un lièvre... bref vécu tout à fait comme un lièvre. Cela aurait put durer longtemps, mais il se trouva bientôt que ce ne devait pas être le cas.

En un charmant début d'après-midi, alors que le lièvre de mars revenait d'une longue promenade riche en pissenlits, il trouva une grande table dressée dans son jardin. Intrigué, il pencha la tête sur le côté et fit quelques bonds jusqu'à cette étrangeté. Il fut arrêté par la voix d'un homme étrange qui lui proposait du thé.

Il est bien connu que les lièvres ne savent pas parler, mais celui-ci avait à défendre sa propriété. Aussi se dressa-t-il sur ses pattes arrières et s'exclama bien haut et fort en rabattant derrière lui ses longues oreilles qu'il n'avait pas :

— Non mais hey ho ! Tssut ! Que faites-vous là vous d'abord ? Vous ne pouvez donc pas prendre le thé ailleurs ? C'est chez moi d'ici à là !

Et sur ce il indiqua la maison puis le grillage du jardin. Il se remit sur ses pattes et bondit jusqu'à l'homme puis sauta sur la table et se tint accroupi devant lui, la tête penchée, la truffe furieuse.

— Hey ho ! Tssut ! fit-il encore en tapant frénétiquement du pied sur la table. Allez-vous en ou je vous mords !

Se rappelant qu'il était un lièvre, l'animal descendit de son perchoir et galopa jusqu'à sa maison tout à fait furieux, il tapa encore du pied sur le seuil avant de claquer la porte. Bien des jours plus tard, le lièvre et son invité buvaient le thé ensemble, copains comme cochons qui n'en étaient pas.

Le reste vous serait très familier et puisque le Lièvre déteste se répéter je ne le ferais pas. Sachez juste qu'il resta quelques temps au service de la reine blanche après la mort du Jabberwocky. Il fit la cuisine pour tout un régiment et en rendit malade au moins la moitié avant de partir furieux en tombant par hasard sur une recette de lièvre à la royale.

Après cela, il retourna à la table à thé de son jardin et attendit le Chapelier. On dit qu'il l'attend encore et que depuis le temps le thé est froid, mais allez savoir avec cet animal là. Si les Chapeliers étaient à l'heure, les lapins blanc auraient de quoi s'inquiéter.


Et toi ?
Avis sur le forum? Toujours sympa
T'as connu comment? Par moi-même cette fois, enfin... un de mes moi.
Autre chose? J'exige une boite de cookies !
Phrase du réglement Mangé par Willy
Doubles-comptes William Hataway    

© Kinotto/Nightmare de Libre-Graph.



Joseph Cliff Harrey

If we shadows have offended, think but this, and all is mended, that you have but slumbered here while these visions did appear.
W. Shakespeare
code sugar plum fairy, icons icongifbro
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Identité du conte : La Belle (La Belle et la Bête)
Crédits : /
Avatar : Jenna Coleman
Messages : 318
Date d'inscription : 18/02/2015

MessageSujet: Re: Je ne suis pas en retard, juste à l'heure du thé Mer 4 Mar - 20:47





Félicitation!


Bienvenue parmi nous!

Okay, j'ai tendance à commenter la rapidité, mais là, y a pas photo, tout le monde s'incline!
Donc bon, Jonny pour le lièvre... Say parfait! Cute (oui bon c'est moi qui te l'ai proposé maybon... Inquiet ) Tu me dois un lien avec Jack, hein? Hein? °u°

Alors, les étapes suivantes, passages plus ou moins agréables que voila


→ épreuve obligatoire des bottins, pour tout et n'importe quoi...! Courage, ce n'est pas très long! Les avatars, pour éviter que l'on te choppe ton petit Jonny, les contes, au moins tu auras fais ta marque dans l'histoire, et enfin les métiers, on aura besoin de toi en ville!

→ ensuite, tout ce qui est demandes de Rps, de liens, des fiches pour se retrouver dans tout ça, ou encore demander quelque part ou vivre... On a tous besoin d'un chez-soit dans la vie! Quoi qu'il en soit, tout cela, c'est par ici (et oui encore des codes, allez courage!). Et bien que ce soit long, on peut toujours s'amuser à ce moment!

→ et puis quelque chose d'important pour entretenir la vie du forum, viens voter aux Topsites, et enfin, viens Rp avec nous!
Les RPs commenceront à dix inscrits!


Yay

N'hésite pas à demander si tu à quoi que ce soit à savoir, et encore une fois, bienvenue!
Et n'oublie pas de passer nous faire coucou sur la CB!









codage par a modern myth. sur Libre Graph'



Revenir en haut Aller en bas


avatar

Double-Compte : Willy, Alan & Clarky
Identité du conte : Lièvre de Mars
Crédits : Xoangel
Avatar : Jonny Lee Miller
Messages : 98
Date d'inscription : 04/03/2015

MessageSujet: Re: Je ne suis pas en retard, juste à l'heure du thé Mer 4 Mar - 20:52

Ma petite Jonny ? x)

Pour le lien je pense que je vais réfléchir ouep Prêt à parier que Haigh' à une longue incisive contre le Chapelier depuis qu'il lui a posé un lapin x)



Joseph Cliff Harrey

If we shadows have offended, think but this, and all is mended, that you have but slumbered here while these visions did appear.
W. Shakespeare
code sugar plum fairy, icons icongifbro
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Je ne suis pas en retard, juste à l'heure du thé

Revenir en haut Aller en bas

Je ne suis pas en retard, juste à l'heure du thé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Je suis en retard, tu m'en vois désolé (Catherine)
» RJB ▽ Je ne dis pas que je suis Batman, je dis juste qu'on ne nous a jamais vu au même endroit.
» Je ne suis pas un chien, juste un gentil petit toutou.
» Non, je ne suis pas une fouine, je suis juste inquiet ! [PV Jeremy]
» Je suis juste le messager ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: PRÉSENTATIONS :: Présentations validées-