AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

On ne souffre jamais que du mal que nous font ceux qu'on aime. Le mal qui vient d'un ennemi ne compte pas. [U.C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Double-Compte : Astrid F. Oakenshield
Identité du conte : Reine || Ménétrier
Crédits : Me ~
Avatar : Emily Kinney
Messages : 16
Date d'inscription : 29/07/2015

MessageSujet: On ne souffre jamais que du mal que nous font ceux qu'on aime. Le mal qui vient d'un ennemi ne compte pas. [U.C] Mer 29 Juil - 20:28

Heileen Graham
L’amour est un poison. Un poison certes délicieux, mais qui n’en est pas moins mortel.



Nom complet
Heileen Graham
Âge & anniversaire
25 ans || 11 février
Sexe & Orientation sexuelle
Féminin - Hétérosexuelle
Libre ou en couple ? ;
Divorcée
Identité(s) de conte(s);
Reine de « la fille avisée du paysan » et Ménétrier du « Violon Merveilleux »
Groupe, métier & race
Brant – Étudiante en psychiatrie et travaille à mi-temps comme artiste de rue - Humaine
Avatar
Emily Kinney

Description

Heileen est une jeune femme à l'apparence relativement juvénile. Du haut de ses 25 ans, elle passerait très facilement pour quelqu'un de plus jeune. Chose qui ne semble pas la gêner pour le moins du monde. Du haut de ses un mètre soixante-dix, la jeune femme est loin d'être une personne de petite taille, mais n'est pas quelqu'un de très grand non plus. Enfin, ces détails ne la préoccupent pas tellement. Heileen est quelqu'un de très pâle, et qui aura beau se prélasser au soleil, ne prendra pas une seule teinte de couleur. Cela à ses avantages comme ses inconvénients. Mais sa peau n'est pas la seule à être claire, et ses cheveux blonds sont aussi une partie majeur de son physique. Généralement, la jeune femme ne prend pas la peine de les coiffer, si ce n'est qu'une queue de cheval fait grossièrement. Étant bouclés, ses cheveux, même à peine brossés, prennent toujours la même forme. Heileen n'a pas besoin de les couper régulièrement, ils sont très lents à la repousse.

Ses yeux ont une teinte gris métallique. Ce n'est pas très commun, mais au moins, elle les aime. En général, la demoiselle ne met pas beaucoup de maquillage, mais il lui arrive de se peinturlurer le visage pour un spectacle. Pour ce qui est des vêtements, Heileen privilégie le pratique à l'esthétique. Elle préférera largement un débardeur et un jean à une élégante robe. Mais ça lui arrive de faire des efforts vestimentaires, même si cela reste rare.

Pour ce qui est du caractère, Heileen est une fille relativement calme qui préfère ne pas juger aux premiers abords. Sous ses airs naïfs et débordants d'énergie, la jeune femme fait preuve d'ingéniosité et d'empathie. Elle aime avant tout aider les autres, et comprendre ce qui l'entoure. Elle a beau être très souriante et voir le verre à moité plein, elle n'en reste pas moins humaine, et autant elle s'attache facilement, autant elle est possessive et légèrement jalouse. Bien qu'ayant quelques difficultés à prendre la parole en public, elle reste, pour autant qu'elle le soit, sociable. Rêveuse, peut-être même un peu trop, Heileen a du mal à suivre le fil d'une discussion, et se perd souvent dans ses pensées. En fait, elle aime surtout l'ordre et la propreté, et à la très légère tendance à paniquer quand elle tombe dans un endroit sale et mal rangé.

Quand quelque chose va mal, et qu'elle se retrouve dans une situation compliquée, Heileen a la fâcheuse tendance à paniquer avant de réfléchir, lui attirant ainsi quelques problèmes supplémentaires. Mais quand quelqu'un a besoin de son aide, elle est toujours là, même si ses solutions ne sont toujours les plus efficaces. Pour elle, l'important, c'est d'être présent.


Histoire


Il était une fois ... La fille avisée du paysan

Il y a bien longtemps dans un royaume reculé de tout et de tous vivait un famille. Le père était un paysan honnête et travailleur qui avait épousé une femme magnifique dont la sagesse égalait avec la générosité. Tous deux eurent une petite fille qui avait hérité de l'honnêteté de son père et de sa beauté et la sagesse de sa mère, et ils l'appelèrent Heileen. Les années passèrent, et un jour funeste, la mort emporta la mère d'Heileen. Le père, accablé, brûla toutes les affaires de sa femme pour apaiser sa douleur. Heileen se retrouva donc avec pour seul souvenir de sa mère le violon qu'elle lui avait légué deux ans plus tôt.

Les années passèrent, et le paysan se retrouva ruiné après la mort de ses bêtes qu'il comptait revendre au boucher en automne. Heileen eut alors l'idée de proposer à son père d'aller voir le roi pour lui demander une petite parcelle de terre. Dans sa générosité journalière, il offrit au paysan un petite carré d'herbe que ce dernier laboura avec sa fille pour  semer des graines. Alors qu'il achevait de retourner la terre pour y planter ses graines, le paysan trouva alors un mortier en or. Il alla alors trouver sa fille pour lui montrer sa trouvaille et lui annonça qu'il irait se rendre chez le roi pour lui offrir ce mortier en gage de sa reconnaissance pour leur avoir offert cette parcelle de terre. Mais Heileen ne vit pas ça d'un bon œil, et elle avertit son père du danger qu'il courrait s'il offrait cet objet au monarque.

"- Père, si tu te présente avec ce mortier sans le pilon qui va avec, alors on te demandera où est passé le pilon et on te jettera en pilon puisque nous ne l'avons pas."

Mais le paysan, trop honnête pour son propre bien, n'écouta pas sa fille et se rendit au château et un fois devant le roi, lui présenta l'objet et lui demanda d'accorder son présent. Mais le roi, avide d'or, lui demanda alors où était le pilon qui allait avec. Ne l'ayant pas, on le jeta en prison jusqu'à ce qu'on ai trouvé le moyen de trouver le pilon manquant. Chaque jours, des serviteurs virent apporter au pauvre homme pain et eau, et chaque jour, il se lamentait de n'avoir écouté sa fille.

"- Ah, si seulement j'avais écouté ma fille ! Ah ! Si je lui avais obéis ..."

Les serviteurs allèrent chercher leur monarque pour lui faire part de ce qu'ils avaient entendu. Ce dernier, intrigué, ordonna qu'on lui apporte le prisonnier, et une fois celui-ci amené, le roi lui demanda pourquoi il criait ainsi. L'homme infortuné lui raconta que sa fille l'avait prévenu qu'on le jetterait en prison s'il apportait le mortier au château alors qu'il n'avait pas le pilon.

"- Hé bien, si ta fille est aussi intelligente que tu me le raconte, nous la ferons venir ici."

Et Heileen s'empressa de venir au moment où elle vit le messager du roi s'approcher de la ferme. Lorsqu'elle se présenta à lui, le roi la trouva à son goût bien qu'elle soit une simple paysanne.

"- Si tu es si intelligente, tu devras résoudre l'énigme que je te poserais. Si tu la résous, je te prendrais comme épouse. Si tu échoue, je ferais exécuter ton père pour m'avoir menti."

Et la pauvre fille n'eut d'autre choix que d'accepter la proposition du roi. Il fallait qu'elle aille de chez elle jusqu'au palais ni vêtue, ni dévêtue, ni à cheval ni en carriole, et qu'elle ne soit ni sur le chemin, ni à coté du chemin.  Elle rentra donc chez elle, et entreprit de chercher tout autour d'elle quelque chose qui l'aiderait à sauver son père. Ce fut au bout de quelques minutes acharnées à réfléchir à la solution de l'énigme qu'elle su comment faire. Alors, elle se déshabilla et qu'elle se drapa d'un filet de pèche. Ainsi, elle n'était ni habillée, ni nue. Ensuite, elle se fit prêter un âne contre quelques pièces, et attacha le bout du filet à la queue de l'animal de façon qu'il la traine. Elle n'était donc ainsi pas sur la route, ni à coté, puisque ses pieds ne touchait pas le sol. Quand le roi la vit arriver avec son attirail, il décréta qu'elle avait résolu l'énigme, et annonça à sa cour qu'il l'épouserait le lendemain. Il libéra donc le paysan, et accorda à Heileen le droit de rentrer chez elle pour la nuit et de prendre avec elle les affaires qu'elle voudrait emmener au château.

Assise devant l'âtre de sa cheminée, à regarder danser les flammes avec ses yeux humides de larmes, la demoiselle tentait de se résoudre à accepter son destin, en vain. Le fait d'épouser un homme qu'elle n'aimait pas et qui était un moins trois fois plus vieux qu'elle la dégoutait. Son père avait essayé de la rassurer en lui promettant qu'elle serait heureuse et qu'elle aurait tout ce qu'elle voulait, mais rien ne pouvait stopper son chagrin. Elle se rendrait au palais demain vêtue de sa plus belle robe et de son violon.

Les années passèrent, et Heileen fut une reine très appréciée de son peuple. Elle même se surprit à apprécier sa vie à la cour. Un jour où le roi s'était rendu à la parade, lui et sa femme assistèrent à une dispute entre deux paysans. Chacun avait une charrette, l'une tirée par des cheveux, l'autre par des bœufs. L'un des chevaux avait mit bas à un poulain qui était allé se coucher entre les pattes de deux bœufs qui étaient attelés à l'autre charrette. Voyant cela, les deux paysans s'étaient mit à se disputer violemment et à se battre. L'homme aux bœufs revendiquait le poulain, et l'homme aux chevaux en fit autant car il était le véritable propriétaire du poulain. Le roi, ayant assisté à cette dispute, et agacé par tant de tapage alors qu'il voulait passer, décréta que le poulain irait là où il était couché. L'homme aux bœufs eut alors le poulain tant bien même il ne fut pas à lui.

L'autre s'en alla en pleurant et se lamentant d'avoir perdu sa bête. La reine parvint à s'éclipser et s'en alla le rejoindre pour le réconforter de sa perte. Il la pria alors de l'aider à récupérer le poulain. Bien entendu, elle accepta.

"- Je vous aiderais si vous me promettez de ne pas me trahir, fit-elle avec un grand sourire, demain, le roi se rendra à la parade. Placez vous au milieu du chemin qu'il empruntera, munissez-vous d'un filet de pèche et faites comme si vous étiez en train de pêcher. Continuez ainsi, et secoue votre filet comme si vous étiez en train de le vider."

Et elle continua de lui expliquer son plan en détail avant de disparaitre rejoindre son mari. Elle n'était pas sûre que son plan marche, mais il fallait  bien essayer quelque chose. Le lendemain, le paysan fit exactement ce que Heileen lui avait dit, et quand enfin le roi arriva dans son carrosse et lui demanda ce qu'il était en train de faire, l'homme lui répondit "- Je pèche !". On lui demanda alors comment pouvait-il pêcher s'il n'y avait pas d'eau, et il haussa les épaules comme si la réponse était la chose la plus évidente au monde avant de répondre : " - Je peux pêcher à un endroit parfaitement sec exactement de la même façon que deux bœufs peuvent donner naissance à un poulain."

Furieux d'avoir été bafoué ainsi, le roi l'emmena au château pour qu'il s'explique. Il savait que cette réponse n'était pas de lui, et il voulait savoir de qui il la tenait. Pourtant, fidèle à la reine, le paysan répétait que cette réponse était de lui, et qu'il n'avait pas eu besoin de quiconque pour l'imaginer. Mais le roi ne voulut pas le croire, borné comme il était, et fit torturer le pauvre homme par ses soldats pour lui faire avouer. A bout de force, il finit par avouer que c'était la reine qui lui avait dit de faire ainsi.

Furieux, le roi fit venir son épouse et fit exécuter le paysan sous ses yeux horrifiés, et aussitôt après, la chassa du château avec pour seul accord qu'elle puisse récupérer ce qu'elle avait de plus cher à ses yeux. Le choix fut vite fait, elle après avoir revêtu des affaires de voyage, prit son violon et quitta le palais pour reprendre le cours de la vie.

Pourtant, quand elle revint chez son père, on lui apprit qu'il était mort dans le cours de l'année, emporté par le chagrin de le plus voir sa fille car le roi le lui interdisait. Accablée par son chagrin, elle s'effondra par terre et pleura toutes les larmes de son corps. Elle décida de quitter le royaume pour aller chez son voisin, la Forêt Enchantée.

Il était une fois ... Le violon merveilleux

Suite à son départ précipité du Palais, Heileen fut contrainte de quitter le royaume pour oublier ses malheurs. Ainsi donc, dans sa vie, elle avait voyagé, et voyagé, toujours plus loin. Elle avait prit un bateau des plus majestueux pour aller à Aghraba, puis lassée du sable et de la chaleur, elle était repartie dans la forêt enchantée. Ayant entretenu une relation épistolaire des plus amicales avec le très célèbre Magicien d'Oz, Heileen se mit en tête d'aller dans ce pays des plus singuliers. Le Magicien lui avait vendu des théories sur le moyen d'accéder à Oz, et il fut alors question de trouver une catastrophe naturelle suffisamment puissante pour la faire voyager. Elle mit près d'un an à trouver la bonne tempête, et ce fut un jour pluvieux sur la côte qu'elle quitta la Forêt Enchantée. La jeune femme s'était arrêté dans une ville portuaire pour la semaine, quand un soir, une violente tempête s'était déclenchée : la pluie tombait violemment contre les carreaux de la fenêtre de sa chambre d'auberge. Au loin, sur le port, les marins attachaient solidement leurs bateaux. Ce fut dans ce terrible événement qu'elle prit la décision de partir vers de nouveaux horizons. Elle avait revêtu ses vêtements les plus chauds et avait prit des provisions ainsi que son violon, et puis elle était sortie de l'auberge malgré les protestations des clients qui l'avertirent du danger. Une fois sur le port, elle demanda aux marins ce qu'ils se passaient, et on lui répondit qu'un ouragan était en train de se déchaîner sur l'océan. Elle manda alors à l'un d'eux de l'y emmener, mais tous refusèrent de risquer leur vie.

« - Hé bien, puisque personne ne semble suffisamment courageux pour m'y emmener, je vous achète le plus petit bateau que vous ayez. »

Et on lui vendit un petit bateau de pêche. S'approchant inexorablement de l'ouragan, la jeune fille s'agrippait à son sac de peur de perdre l'objet le plus précieux à ses yeux : son violon. Soudain, l'embarcation se retrouva face à l'ouragan, qui se révéla être un véritable typhon. Le bateau se rapprochait dangereusement de la spirale infernale, et pour la première fois depuis qu'elle s'était lancée dans ses recherches, elle eut peur de mourir. Elle avait agi sur un coup de tête, et elle allait en payer le prix. Et son bateau se fit aspirer, avec elle dedans.

La première chose qu'Heileen fit en se réveillant fut de sursauter puis de reprendre une grande inspiration. Affolée, elle tournait frénétiquement la tête pour savoir où elle était. Pas en mer en tout cas, car le contact de l'herbe sous sa peau était bel et bien présent, et le décor autour d'elle ne ressemblait pas à de l'eau. Plutôt un foret, certes étrange, mais c'était une foret. Elle avait réussit ! Heileen était arrivée à Oz. Trop heureuse, elle vérifia que son instrument n'avait rien, et se mit en route pour la Cité d’Émeraude que l'on pouvait apercevoir au loin.

Heileen connaissait bien son dirigeant. Un magicien roublard qui l'avait roulé dans la farine quelques années auparavant alors qu'elle était encore reine. Ils avaient finit par correspondre par lettres et c'est ainsi qu'elle lui avait acheté ses théories. Et elle allait de nouveau lui acheter une chose. Le moyen de se rendre à Wonderland. Elle fut évidemment bien reçue, en bonne et due forme, et le magicien lui vendit les informations qu'elle cherchait. Alors, le remerciant, elle partit en direction de la foret la plus proche à la recherche d'un trou. Un trou qui lui permettrait de se rendre chez les fous.

Elle finit par trouver son bonheur. C'était un trou de large envergure, qui aurait put permettre à un ours de passer sans aucune difficulté. Dans un premier temps, la jeune femme avait hésité à plonger dans l'obscurité terrible qui régnait à l'intérieur, mais elle savait pertinemment que si elle ne tentait rien, elle ne pourrait pas savoir si c'était le bon ou non. Il se trouva que ce fut un des trous qu'elle cherchait depuis des jours, et alors qu'elle chutait encore et encore dans un long tunnel vertical, Heileen rencontra des obstacles plus étranges les uns que les autres. Parfois, elle put s'admirer dans un miroir surmonté de décoration d'argent, et parfois, elle pouvait piocher des biscuits sur une table nappé.

Sa chute interminable prit fin alors que l'ennui se fit sentir. Contre toute attente, elle se posa sur un sol meuble et frais en douceur. Heileen se trouvait toujours dans un tunnel, mais cette fois, elle voyait une faible lueur éclairer le fond. Une issue se présentait à elle. Ses pas la menèrent jusqu'à la source de la lumière. Elle déboucha sur la foret la plus étrange qu'elle n'avait jamais vu.

Elle eut cependant oublié un détail. Heileen n'avait aucun moyen de rentrer chez elle à présent, à moins de se remettre à chercher une catastrophe naturelle qui la remmènerait à Oz. Elle était coincée ici, et pour un temps indéterminé.

Il lui suffit d'un an pour s'adapter au décor du pays. Wonderland n'était un endroit désagréable, et les gens étaient accueillants. Mais Heileen était en manque de compagnie. C'était ce genre de femme à ne pas aimer rester seule et à toujours chercher de la compagnie. Alors elle partit sur les routes de Wonderland avec son violon. Selon sa mère, cet instrument avait le don d'émettre une musique qui pouvait être entendue à des mètres à la ronde. Alors elle joua, encore, et encore, jusqu'à ce qu'une première personne vienne. Un homme, âgé de la quarantaine, le front dégarni et le ventre bedonnant, qui vint vers elle avant de grands gestes de bras pour attirer son attention. En voyant son air peu engageant, la jeune femme recula non sans méfiance dans son regard. Ce n'était certainement pas la personne qu'elle voudrait emmener avec elle. Il engagea la conversation, mais Heileen finit par le laisser sur place en s'enfuyant toujours plus loin. Et elle se remit à jouer une deuxième fois. Cette fois, ce fut une jeune femme qui vint. Très grande, et élancée, elle faisait balancer son imposante chevelure blonde au fil de ses pas tandis qu'elle lançait des regards intéressés à la plus jeune. Cette femme n'inspirait pas confiance à la musicienne. Et ainsi, elle la laissa là et s'en alla le plus loin possible.

Alors, dépitée, elle reprit sa route et joua pour la dernière fois. Si personne d'honnête et de bien intentionné se présentait à elle, elle s'en irait se terrer dans sa profonde solitude. L'archet se frotta à cordes blanches de l'instrument, et un son doux monta alors dans la foret pour atteindre la cime des arbres. Un bruissement lui parvint alors, venant du buisson d'en face. Alarmée, et surtout méfiante, elle brandit son archet en guise d'arme pour se protéger de ce qui pourrait surgir. Mais ce ne fut pas une bête sauvage, ni une de ces personnes mal intentionnées qui vint à elle, mais un chien d'une blancheur immaculée au regard profondément sincère.

Elle venait alors de trouver le compagnon idéal. Mais le bonheur ne dura qu'un mois, et une terrible malédiction frappa Wonderland, ainsi que le reste des mondes Fantastiques. Mais là ne fut pas la fin, et une nouvelle vie s'offrit à elle.

Il était une fois ... Heileen Graham


Heileen venait de fêter son 25 ème anniversaire. Comme chaque année, elle allait le célébrer à la Souche pour un prendre un chocolat chaud. Cette année-là fut comme toute les autres. Pareille et semblable à chaque année. Ses parents étaient morts dans un accident de la route des années plus tôt, et la jeune femme avait du faire face à de nombreuses difficultés. Elle s'était mariée dès sa majorité mais son couple ne dura que deux ans avant un divorce des plus douloureux, perdant alors maison et argent pour se retrouver à l'hôtel avec pour seuls réconfort sa chienne et son violon.

Elle avait vite fait de reprendre ses études tandis qu'elle les payait en jouant les artistes de rues à temps partiels. Mais vivre à l'hôtel n'était pas des plu agréable, sans compter sur l'insistance de son ex-mari pour qu'elle rembourse une dette alors inexistante. Mais selon sa mère, il y a toujours une solution à tout, et sa solution à elle était de garder le sourire, qu'importe ce qui lui arriverait.

Toujours et à jamais.



Et toi ?
Avis sur le forum?
Toujours aussi génial  <3
T'as connu comment?
Grâce à Aly et Kate
Autre chose?
Vénérez les poulpes !
Phrase du réglement
Codes validées gentille fille Code que j'aime particulièrement
Doubles-comptes
Yep ! Ici Atrid !

© Kinotto/Nightmare de Libre-Graph.


Dernière édition par Heileen Graham le Ven 18 Sep - 22:17, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Identité du conte : Capitaine Jacques Crochet
Avatar : Jérémy Sumpter
Messages : 59
Date d'inscription : 10/06/2015

MessageSujet: Re: On ne souffre jamais que du mal que nous font ceux qu'on aime. Le mal qui vient d'un ennemi ne compte pas. [U.C] Jeu 30 Juil - 17:44

Re-bienvenue à toi ! YAA


Revenir en haut Aller en bas


avatar

Identité du conte : Loups Messagers (descendante) Δ La Fauvette qui chante et qui sautille
Avatar : Kaya Scodelario
Messages : 196
Date d'inscription : 19/02/2015

MessageSujet: Re: On ne souffre jamais que du mal que nous font ceux qu'on aime. Le mal qui vient d'un ennemi ne compte pas. [U.C] Jeu 30 Juil - 19:38

RE-Bienvenue ! /D
J'ai validé les codes, gentille fille, bonne chance pour la suite


Alycia Evans
You know how strong you are,
until being strong is the only choice you have.

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Identité du conte : La Belle (La Belle et la Bête)
Crédits : /
Avatar : Jenna Coleman
Messages : 318
Date d'inscription : 18/02/2015

MessageSujet: Re: On ne souffre jamais que du mal que nous font ceux qu'on aime. Le mal qui vient d'un ennemi ne compte pas. [U.C] Jeu 30 Juil - 22:35

Re-bienvenue très chère Astrid =D Prends ton temps pour ta prez, personne ne t'en voudra je pense Rolling Eyes



Revenir en haut Aller en bas


avatar

Double-Compte : /
Identité du conte : Alice- Alice au pays des merveilles
Avatar : Emma Roberts
Messages : 23
Date d'inscription : 22/07/2015

MessageSujet: Re: On ne souffre jamais que du mal que nous font ceux qu'on aime. Le mal qui vient d'un ennemi ne compte pas. [U.C] Ven 31 Juil - 2:04

Re'bienvenue!!! Très bon choix de vava Toohug
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Double-Compte : Willy, Alan & Clarky
Identité du conte : Lièvre de Mars
Crédits : Xoangel
Avatar : Jonny Lee Miller
Messages : 98
Date d'inscription : 04/03/2015

MessageSujet: Re: On ne souffre jamais que du mal que nous font ceux qu'on aime. Le mal qui vient d'un ennemi ne compte pas. [U.C] Ven 18 Sep - 15:26

Hey ! Je t'ai vu passer sur la CB et je me demande soudain si ta prez est terminée ou non parce qu'il n'y a pas de [U.C] dans l'histoire :3



Joseph Cliff Harrey

If we shadows have offended, think but this, and all is mended, that you have but slumbered here while these visions did appear.
W. Shakespeare
code sugar plum fairy, icons icongifbro
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Double-Compte : Astrid F. Oakenshield
Identité du conte : Reine || Ménétrier
Crédits : Me ~
Avatar : Emily Kinney
Messages : 16
Date d'inscription : 29/07/2015

MessageSujet: Re: On ne souffre jamais que du mal que nous font ceux qu'on aime. Le mal qui vient d'un ennemi ne compte pas. [U.C] Ven 18 Sep - 20:58

Nan, en fait, elle est pas terminée, mais disons que je croule sous les devoirs, alors pour l'instant, je suis en "pause". Je la termine au plus vite ><

EDIT : En fait, je viens de la terminer ~
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Double-Compte : Willy, Alan & Clarky
Identité du conte : Lièvre de Mars
Crédits : Xoangel
Avatar : Jonny Lee Miller
Messages : 98
Date d'inscription : 04/03/2015

MessageSujet: Re: On ne souffre jamais que du mal que nous font ceux qu'on aime. Le mal qui vient d'un ennemi ne compte pas. [U.C] Ven 18 Sep - 23:04





Félicitation!


Bienvenue parmi nous!

Comme on dit, une affaire rondement menée ! Enfin un personnage avec lequel tous mes petits gars pourront avoir un lien Dance J'ai hâte que tu poste ta fiche de liens pour te harceler  BG A part ça, il y avait quelques petites coquilles, mais rien de grave.

Alors, les étapes suivantes, passages plus ou moins agréables que voila


→ épreuve obligatoire des bottins, pour tout et n'importe quoi...! Courage, ce n'est pas très long! Les avatars, pour éviter que l'on te choppe ton joli minois, les contes, au moins tu auras fais ta marque dans l'histoire, et enfin les métiers, on aura besoin de toi en ville!

→ ensuite, tout ce qui est demandes de Rps, de liens, des fiches pour se retrouver dans tout ça, ou encore demander quelque part ou vivre... On a tous besoin d'un chez-soit dans la vie! Quoi qu'il en soit, tout cela, c'est par ici (et oui encore des codes, allez courage!). Et bien que ce soit long, on peut toujours s'amuser à ce moment!

→ et puis quelque chose d'important pour entretenir la vie du forum, viens voter aux Topsites, et enfin, viens Rp avec nous!


Yay

N'hésite pas à poser des questions si besoin et à faire plein de rps !









codage par a modern myth. sur Libre Graph'



Joseph Cliff Harrey

If we shadows have offended, think but this, and all is mended, that you have but slumbered here while these visions did appear.
W. Shakespeare
code sugar plum fairy, icons icongifbro
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: On ne souffre jamais que du mal que nous font ceux qu'on aime. Le mal qui vient d'un ennemi ne compte pas. [U.C]

Revenir en haut Aller en bas

On ne souffre jamais que du mal que nous font ceux qu'on aime. Le mal qui vient d'un ennemi ne compte pas. [U.C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [A.C] On ne sais jamais ce que la vie nous réserve [Adriam]
» Notre pire ennemi ne nous quitte jamais, car c'est nous mêmes (With Rebecca)
» Quand je vous dit que Barbie fait des ravages, c'est pas des blagues
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: PRÉSENTATIONS :: Présentations validées-