AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Jour I - Le calme après la tempête

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Double-Compte : Kate-Nolan
Identité du conte : Chapelier Fou
Crédits : AMAARANTH (signature)
Avatar : Matt Bomer
Messages : 231
Date d'inscription : 07/03/2015

MessageSujet: Jour I - Le calme après la tempête Lun 15 Juin - 21:34

Rappel:

Premier jour où la malédiction faiblit, les choses changent, il arrivera à vos persos des choses nouvelles qui ne sont jamais arrivées durant ces dix dernières années.
Pour avoir les informations plus précises, je vous invite à lire le post explicatif du Premier jour.



   
Le calme après la tempête
Public

   


Cette nuit n'avait pas été des plus calmes, il est vrai. Cela avait même été un enfer, et le jeune homme évitait d'ailleurs de penser à tous ces jeunes coincés dehors, en fugue ou en petite virée amoureuse, sous la pluie et cherchant un maigre abri dans le moindre coin abrité. Bon, après, il fallait avouer que c'était là une expérience des plus intéressantes... Seuls, dans la nuit, des trombes d'eau vous battant les épaules alors que ses cheveux détrempés ressemblaient à une serpillère, alors que ses lèvres caressaient les votre en diffusant une douce chaleur apaisante qui vous faisait soudainement oublier tout ce qui vous entourait. Vous, elle, sous la lumière des lampadaires... Quel magnifique paysage!

Appuyé contre sa vitrine, un long manteau noir au col relevé le protégeant de ce froid inhabituel, Jack observait le paysage si calme, la cigarette au bec. La ville était silencieuse, comme chaque matin, elle semblait endormie dans un hiver sans fin, et comme chaque matin, le serveur allait à l'extérieur pour respirer quelques bouffées d'air frais, avant d'ouvrir son café le sourire aux lèvres et prêt pour la journée, fidèle à ses habitudes. Seulement aujourd'hui, certaines personnes allaient et venaient dans les rues de la ville, un air soucieux au visage, d'un pas hâtif voir même en courant.
Que se passait-il? Il n'en n'avait pas la moindre idée, et à vrai dire, chacun avait ses propres occupations et si c'était important, il ne tarderait pas à l'apprendre. Tout circule vite dans une petite ville, et les informations abondent dans les cafés bien bondés.
Le brun écrasa son mégot encore fumant sur une table à l'extérieur encore détrempée, puis, se frottant les mains quelques secondes, il entra dans La Souche un sourire serein aux lèvres. Se mettre au barre, sortir son chiffon, et essuyer les verres avec celui-ci comme les barman dans tous les bons Westerns, voici ce qu'était son quotidien depuis des années. Puis, quelqu'un arrivait, un client, puis deux, puis trois, puis Cherry, généralement en retard, arrivait à son tour dans tous ses états, en retard: comme d'habitude! Une routine dont il s'était habitué, mais qu'il chérissait même s'il fallait avouer que quelques fois, quelques incidents étaient bien bienvenues! De quoi se dérouiller les méninges et d'avoir quelques altercations avec la police du coin à force de fourrer son nez là où il ne fallait pas, mais surtout... Avec James Opton! Oh, James, un homme brillant pour dire vrai, très intelligent, un bon rival en somme, sans coeur et sans morale, quelqu'un avec qui il était délicieux de "discuter" plus ou moins calmement.
Surtout moins.

Mais allez savoir pourquoi...
Peut-être était-ce l'orage, peut-être encore était l'absence de clients qui lui laissait tant de temps pour réfléchir à sa vie, ou sinon était-ce ses voisins pressés qui parcouraient la rue contrairement à d'habitude, mais quelque chose lui disait que tout cela allait changer, qu'il allait bientôt revoir ses anciens ennemis et ses bons amis, et que ce silence si pesant n'était qu'en somme, que le calme avant la tempête.

   

made by lizzou – icons & gif by tumblr


Mad Hatter
Unfortunately, in some parts of the country, some kids are taught at an early age that being different is somehow bad or wrong or worthy of ridicule.
Matt Bomer
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Double-Compte : Haigha, Alan & Clarky
Identité du conte : Héros des trois feuilles du serpent & diable aux cheveux d'or
Crédits : vava (Kate Nolan)
Avatar : David Tennant
Messages : 391
Date d'inscription : 18/02/2015

MessageSujet: Re: Jour I - Le calme après la tempête Ven 26 Juin - 12:45


 
Une journée comme les autres
La Souche ◈ Jour 1
 
 
Participants du Jour 1
William se trouvait sur la place, assit sur le trottoir, une vieille radio artisanale posée à côté de lui bien au sec sur sa veste. Il ne faisait pas encore jour, loin de là, et à cette heure là il aurait déjà dut se trouver à la RNB depuis longtemps. Il y avait été bien sûr, à vrai dire il en venait. Mais à la minute où il avait réalisé que le courant ne passait plus il avait bien compris qu'il n'y aurait pas d'émission ce jour là. Ce matin-là, du moins, une heure plus tôt, il avait enclenché l'interrupteur plus d'une fois, avec un léger pincement en coeur, en voyant que les voyants de la table de mixage restaient éteints. Il avait vérifié tous les câbles, puis la seconde salle d'enregistrement. Pas de tension, pas de ronronnement sortant des ordinateurs, pas de tonalité dans le téléphone et pas même de friture dans les micros. Il avait aussitôt songé à ressortir sa vieille radio, la toute première, mais il avait d'abord tenu à vérifier l'antenne dehors. Perché sur le toit de la RNB, Will avait alors put voir toute l'étendue des dégâts. Plusieurs câbles dans les rues s'étaient coupés, du moins les siens, les longs fils noirs et familiers qui dressaient comme le squelette d'un chapiteau au-dessus de la porte de sa chère propriété gisaient désormais sur le bitume à plusieurs mètres de l'entrée.

Will croisa les bras sur ses genoux et lâcha un soupir. Il avait eut un peu de mal à quitter le toit de la radio ce matin là. Debout devant le carnage sans parvenir à décrocher les yeux de la suie noire au sommet de l'antenne. Les réparations prendraient probablement des jours et il aurait à remplacer plusieurs paratonnerre, mais ce n'était pas cela qui l'inquiétait le plus. Il avait fait tout son possible pour que rien n'arrive à l'antenne et au reste de sa deuxième maison et voilà qu'elle se trouvait privée de toute énergie, vide, privée de toute utilité, comme morte. Le brun avait aussitôt tourné les talons et s'était précipité dans la rue jusqu'à ce trottoir où il s'était assit avec les restes de sa RNB.

Il attendait depuis un moment maintenant que quelqu'un arrive et il commençait tout juste à trouver cela idiot. Il aurait mieux fait d'aller chercher un réparateur capable de ranimer sa précieuse radio ou d'essayer de le faire lui-même. Oui, il aurait put le faire lui-même, après tout, il n'aurait laissé personne toucher à son petit trésor dans une situation pareille. Oui, il aurait sans doute mieux fait de faire cela. D'autant qu'avec tout ça, il avait oublié de fumer. Will ramassa son émetteur avec soin, le calant sous son bras, et récupéra sa veste la secouant afin d'en chasser l'humidité avant de la balancer sur son épaule. Il passerait plus tard, Jack n'était sans doute pas encore arrivé.

Il allait quitter la place lorsqu'un bruit familier attira son attention. Son livreur de thé venait tout juste de rentrer dans le café. Trop préoccupé par la perte tragique de sa radio, Will n'y avait même pas fait attention. Il fit aussitôt demi-tour et se dirigea en ligne droite jusqu'à la Souche. S'arrêtant sur le seuil avant de passer la tête à l'intérieur.

— Salut, lança-t-il. Est-ce que je peux... euh, il rentra tout à fait et s'approcha du comptoir, posant son transistor devant lui sans le lâcher pour autant. Les plombs ont sautés à la RNB alors je voulais savoir si tu avais des piles et puis... si je pouvais m'installer ici le temps de trouver quelqu'un pour les réparations ?
code de sceaudelaine ▬ gif de giphy ▬ musique de Paolo Nutini


All the world is a stage, and all the men and women merely players; They have their exits and their entrances, and one man in his time plays many parts. •• Shakespeare


amaaranth ♫♪
William Hataway

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Identité du conte : Loups Messagers (descendante) Δ La Fauvette qui chante et qui sautille
Avatar : Kaya Scodelario
Messages : 196
Date d'inscription : 19/02/2015

MessageSujet: Re: Jour I - Le calme après la tempête Sam 25 Juil - 0:51

Alycia Evans
Chaque jour est un nouveau jour

La nuit dernière avait été des plus agitées pour la petite ville de Brant, qui avait subi l'orage durant toute la nuit. Les éclairs et le tonnerre avaient sûrement effrayé plus d'un bambin, mais surtout provoqué de grosses coupures d'électricité, à n'en pas douter.
Et pourtant la journée commençait dans Brant, identique à hier et sans doute à demain. Pas de panne d'électricité généralisée au 18 Chemin du Chapitre, les lumières fonctionnaient, les fours aussi -sans compter celui qui a disjoncté il y a un moment déjà- et William Hataway semblait parti depuis un bout de temps quand les Evans allèrent en cuisine pour grignoter avant de partir. Comme d'habitude en somme. Mais Alycia se doutait plus ou moins que ce n'était pas le cas partout, et que certains avaient dû faire face à des problèmes d'électricité... Elle se renseignerait en passant à la Souche, elle espérait simplement que Cherry ne soit pas de ceux-là.

Le frère et la sœur prirent leur petit-déjeuner rapidement, avec un peu de brioche et de pain tartiné de confiture, et se préparèrent ensuite de manière tout aussi efficace. Alycia surveillait l'heure pendant que son petit frère préparait son sac de cours. 7h10, 7h15, 7h20... A 7h25, ils quittèrent la maison, rigoureusement à l'heure. Ils n'auraient pas le temps de s'arrêter au café si ils partaient trop tard, et Alycia voulait s'assurer que sa meilleure amie n'avait pas eu d'ennuis.
Lorsqu'ils sortirent de la maison, ils s'aperçurent que la température avait baissé après l'orage de la veille. Assez pour s'emmitoufler dans sa veste, par-dessus son pull. Déjà que les températures bretonnes n'étaient pas les plus élevées, si en plus de cela les orages s'en mêlaient...
Dans la rue, tout était gris. Le ciel, blanc et nuageux, les allées pavées remplies de flaques, les magasins encore fermés et les appartements éteints. Ils étaient encore peu nombreux dans les rues, seul les travailleurs les plus matinaux se hâtaient sur la chaussée, leur sac sous le bras et un peu décoiffés. Les lampadaires clignotaient encore, timide, sans trop savoir si il était temps de s'allumer sous le ciel grisâtre d'Avril. Et en levant les yeux vers ce ciel, Alycia pria en silence pour que l'animalerie n'aie pas été touché par les pannes d'électricité, ni même inondée. Dans un cas comme dans l'autre, elle aurait des problèmes, car la moindre coupure d'électricité refroidirait l'eau des poissons exotiques et pouvait en tuer quelques-uns, alors qu'une inondation mettrait à mal ses amis à plume, ainsi que les cages et les litières. Ah, si l'animalerie pouvait être en parfait état, ça lui simplifierait la vie.

Perdue dans ses pensées pessimistes, Alycia avait fini par perdre la notion du temps, et elle faillit passer devant le café sans même le voir. Dean la rappela à l'ordre d'une main posée sur son épaule et Alycia sursauta, revenant à la réalité, et ramena son regard bleu sur la Souche.
La brune s'approcha de la vitrine, plissa ne les yeux pour voir à l'intérieur, mais elle n'aperçut personne, rien que les lumières éteintes et le café familier aussi silencieux qu'un cimetière. Il ouvrirait un peu plus tard que d'habitude, à cause de l'orage sans doute.
Alycia Evans secoua la tête, la mine un peu contrite, puis attira son frère à elle pour lui ébouriffer les cheveux. Un sourire sur le visage, elle lui dit qu'elle repasserait plus tard puisque le café était fermé, et qu'en attendant il fallait se presser pour être à l'heure au collège.
Il était 7h40,  les deux Evans s'éloignèrent de la Souche en direction de l'école.

^*^*^*^*^

La démarche rapide, le pas pressé, Alycia fixait sans vaciller sa montre dont la plus longue aiguille pointait le 55. Réfléchissant à ses horaires d'ouverture, elle se posa une limite d'un quart d'heure à la Souche, pour être partie à 8h20 au plus tard. Il fallait juste que Cherry ne soit pas trop en retard; et qu'elle aie évité la panne de réveil ce matin...
Une nouvelle fois, Alycia traversa les rues, bien plus animées qu'à l'allée, plus remplies et mieux éclairées. On voyait les magasins ouvrir, les propriétaires allumer les lumières et nettoyer la devanture trempée par l'orage. Elle aussi aurait du pain sur la planche en ouvrant l'animalerie.
Finalement, elle arriva à la Souche. Sa montre affichait fièrement 8h03, et elle eut la satisfaction de voir le café tout allumé, et plusieurs personnes déjà à l'intérieur. Mais il ne lui semblait pas que Cherry en fasse partie. Qu'à cela ne tienne, elle l'attendrait à l'intérieur en prenant un thé.

Alycia ouvrit la porte sans crainte, écoutant avec un sourire la sonnette familière qui retentit lorsqu'elle posa le pas sur le bois du café. Elle releva les yeux vers le comptoir et aperçut Jack en grande conversation avec... Son colocataire. Mais qu'est-ce que William Hataway faisait ici ? Il devrait déjà être à la RNB à cette heure-ci, en pleine émission même ! Alors pourquoi ?
Alycia promena son regard sur le bar et avisa le transitor posé à côté du grand brun. Il avait eu une panne d'électricité ? La journée commençait bien dis donc...
La brune s'avança vers les deux hommes et s'accouda au comptoir à côté avant de les saluer de vive voix.

- Bonjour vous deux. Qu'est-ce que vous faites avec ce transitor, il y a eu un problème électrique à cause de l'orage ? D'ailleurs Jack, Cherry est-elle déjà arrivée ?

Alycia était presque persuadée que son amie n'était pas arrivée, et non-pas dans l'arrière-boutique ou autre chose, mais cela valait toujours le coup de demander après tout.


©clever love.


Alycia Evans
You know how strong you are,
until being strong is the only choice you have.

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Identité du conte : Le Petit Chaperon Rouge
Avatar : Dianna Agron
Messages : 158
Date d'inscription : 25/02/2015

MessageSujet: Re: Jour I - Le calme après la tempête Mar 28 Juil - 18:03


JE NE SUIS PAS EN RETARD !
Cherry S. Black



Ce matin ressemblait à tous les autres matins : Cherry se réveillerait, s'habillerait rapidement, n'aurait pas le temps de manger car elle serait encore en retard et partirait directement à La Souche.
Mais n'a t'on pas le droit de changer le cour de l'histoire de temps en temps ? Aujourd'hui sera donc différent.
Cherry se réveilla tranquillement. La lumière qui sortait de ses volets ouverts- s'était sûrement l'orage de cette nuit qui les avaient ouverts- l'avait sortie des bras de Morphée.
La jeune femme s'étira, puis prenant tout à coup ses esprits, elle se leva d'un bond du lit et parti immédiatement prendre une douche. Elle ne prit même pas le temps de vérifier l'heure, sachant déjà qu'elle allait être en retard.

-Comme d'hab, marmonna-t-elle dans sa barbe.

Après s'être rapidement douchée -elle était devenue experte en matière de "douche rapide le matin alors qu'il faudrait déjà être en route pour La Souche"- la jeune femme prit son panier et alors qu'elle s'apprêtait à mettre les friandises qu'elle préparait toujours dedans, quand elle se rendit compte qu'elle n'avait pas préparé les gâteaux...

-Roooh mais c'est pas vrai ! Mais où avais-je la tête hier ? En plus d'être en retard, je n'aurais rien à amener pour me faire pardonner ! pesta-t-elle contre elle même.

La serveuse regarda son horloge pour savoir -même si elle savait très bien que se serait impossible- si elle aurait le temps de passer rapidement à la boulangerie. Et qu'elle ne fut pas la surprise de Cherry lorsqu'elle se rendit compte -mais c'est impossible !- qu'elle n'était pas en retard.
La jeune femme prit donc tout son temps pour s'habiller et pour se coiffer, alors qu'elle partait toujours à La Souche avec des cheveux tous ébouriffés pour la nuit agitée.
Cherry quitta son appartement avec un panier vide mais avec une tête potable et sans être pressée par l'heure.
Elle marcha tranquillement et arriva au croisement qui opposait le chemin le plus court pour La Souche au chemin qui passait près d'un pré et qui faisait une petit détour -chemin qu'elle n'avait pas pris depuis...depuis...depuis longtemps. La jeune serveuse choisit donc le deuxième chemin, qui était bien plus agréable.
Personne n'y croira quand j'arriverais à l'heure à La Souche ! pensa-t-elle contente de s'être réveillée à l'heure, que dis-je, en avance pour la première fois depuis un bon bout de temps.
Le temps était frais, mais la jeune femme s'était bien habillée et apprécia sa petite balade.
Cherry cueillit même quelques fleurs et en mis une derrière son oreille.
Elle arriva en ville vers 7h50 et passa rapidement à la boulangerie de sa grand mère pour acheter quelques croissants fourrés à la confiture. Quand elle entra, la serveuse fut enveloppée par une vague de chaleur et elle se dirigea vers la caisse.
Sa grand mère n'était pas là aujourd'hui, et elle fut un peu déçue de le constater. Elle acheta tout de même ses croissants et sortit, le froid lui mordant les joues, à l'instant même où elle passa la porte.  
Cherry se dirigea d'un pas décidé vers la porte arrière de La Souche et fut contente de constater qu'il n'y avait que très peu de personnes déjà arrivées.
Elle posa sa veste rouge sur une chaise dans la cuisine et s'apprêtait à enfiler son tablier quand la clochette de la porte sonna, marquant l'arrivée de quelqu'un et elle remarqua que ce quelqu'un n'était autre qu'Alycia. Elle enfila son tablier le plus vite possible et vit que son amie s'était accoudée au comptoir, sans réussir à voir qui était aussi présent. Elle scruta autour d'elle pour chercher son homme parfait mais il n'était pas dans l'arrière boutique.
La jeune femme arriva enfin dans la salle, alla au comptoir et remarqua avec joie que Willy nous avait aussi fait l'honneur de venir et que mêusieur Jack Schenel tenait un transitor dans sa main.
Panne de courant à la RNB.
La jeune femme se posta derrière son homme parfait et lui fit un câlin par derrière, toute excitée.

-Salut tout le monde ! dit-elle alors qu'elle serait encore Jack contre elle, Vous avez vu ! Je ne suis pas en retard ! s'exclama-t-elle avec un enthousiasme contagieux, alors qu'ils faisaient tous des têtes contrariées.

Elle se calma et ajouta :

-Des problèmes à la radio Willy ? Je ne peux pas dire que je m'en réjouit mais il faut avouer que l'on ne t'avait pas vu à La Souche depuis un baille !




code de sceaudelaine ▬
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Double-Compte : Kate-Nolan
Identité du conte : Chapelier Fou
Crédits : AMAARANTH (signature)
Avatar : Matt Bomer
Messages : 231
Date d'inscription : 07/03/2015

MessageSujet: Re: Jour I - Le calme après la tempête Sam 15 Aoû - 12:39



   
Le calme après la tempête
Public

   


Une fois rentré, il ne fallut pas attendre longtemps au serveur avant que la clochette de la porte ne sonne à son tour, et cette fois, non pas pour sa propre arrivée, mais pour celle de quelqu'un qu'il n'attendait sûrement pas. Son sourire commercial et enjoué déjà aux lèvres, il releva la tête, son chiffon à verres toujours en main, avant que ce dit sourire ne s'efface soudainement lorsqu'il se rendit compte de qui pénétrait à cette heure bien matinale dans son si précieux café. William Hataway. Certainement l'une des dernières personnes qu'il pensait voir ici, et son air grave et soucieux n'arrangeait rien à la mauvaise impression du pauvre serveur. Lorsque ce client particulier commença à parler, hésitant un instant avant de rentrer, Jack se contenta d'hocher légèrement la tête comme pour l'encourager, puis se dépêcha de préparer une place plus décente au chroniqueur bien trop sombre. Il esquissa un sourire fade et crispé lorsque l'autre s'assit près du comptoir, et écouta attentivement ses quelques paroles avant de simplement dire:

-Bien sûr, reste ici aussi longtemps qu'il le faudra.

Le brun resta alors silencieux un long moment, qui pourtant ne dura pas tellement, une minute ou deux, mais vu l'ambiance si froide qui régnait jusqu'à présent, on aurait même put encore entendre l'orage gronder, si lointain à l'extérieur. Puis, presque machinalement, le serveur se retourna vers son comptoir de tous ses différents thés, ses herbes, fleurs et plantes, toutes les odeurs et goûts qu'elles lui inspiraient, et avant même de s'en rendre compte, il se mit à préparer l'un de ses mélanges originaux dont il avait le secret, sûrement dans le but de remonter un peu le moral à son ami en plein deuil, mais ce fut avant se rappeler de ses éternelles critiques. Plus simple, thé, citron... L'homme esquissa une nouvelle grimace, avant de ralentir ses gestes, et de préparer une nouvelle tasse en y mettant les herbes simples d'un thé vert basique, et d'y accrocher une petite tranche de citron avec une théière pleine d'eau chaude, apportant ensuite le tout à William. Le patron resta grave, fixant le bois du comptoir un instant avant de relever le regard vers celui qui semblait si perdu, compatissant réellement pour lui qui venait de perdre ce que ce café était à Jack.

-J'imagine ce que cela m'aurait fait si j'avais perdu La Souche... Et je ne sais absolument pas comment j'aurais réagit. Je serais sans doute...

"Comme toi."
Le brun ne put finir sa phrase, se mordant légèrement la lèvre inférieure avant de se retourner et d'emprunter la porte au fond du salon, lâchant un simpe "Je reviens, je vais chercher les piles." avant de redescendre moins de cinq minutes plus tard, et de poser son butin sur le comptoir. Il se passa un nouveau silence avant que Jack ne reprenne la parole, reprenant un ton léger bien qu'hésitant, et à travers on sentait clairement à quel point il se sentait impuissant. Des sujets un peu idiot vu la situation, et cela se voyait parfaitement à travers les réactions, ou plutôt, les non-réactions de son auditeur. Quelques unes, de-ci, de-là, mais très peu comparé à tout ce que lui lui exposait sur un ton bien moins enjoué que d'habitude.

-Tu sais, finit-il par dire après une rapide hésitation, je connais quelqu'un qui pourrait remettre la RNB sur pieds... bon, évidemment, ça ne prendra pas quelques heures, et je ne garantit pas les dégâts qu'elle a subit, mais si jamais, si ça te dit, je peux toujours... Allez parler à ce quelqu'un.

Jack fit une pause, ressortant de la cuisine où il était rentré pour enfourner ses pâtisseries du jour, s'essuyant les mains sur un chiffon dédié à cet usage, se tournant vers William avant de terminer:

-Ca t'intéresse?

Sûrement devait déjà s'en occuper, mais avec un chroniqueur dans un tel état, le serveur doutait même que l'autre malgré tout son professionnalisme, pouvait encore décider de ce genre d'actions sans un minimum d'aide. Mais après tout, il comprenait, enfin, il le pensait. Le brun n'eut pas le temps de reprendre la parole qu'une jeune fille qu'il connaissait bien se décida à rentrer, Alycia Evans, avec comme signe de bienvenue, une avalanche de questions. Les yeux de l'homme passèrent de la brune à son vieil ami, lançant un regard entendu à ce dernier avant de s'habiller d'un léger sourire et de se tourner vers la nouvelle venue. Elle semblait assez légère malgré les évènements, et selon toutes impressions, l'orage ne l'avait pas frappé comme il avait frappé certains. Ce qui était malheureux dans les heures matinales, c'était que malgré le fait que les nouvelles allaient vites, elles n'allaient jamais assez vite, et que même sans le vouloir, on pouvait parfaitement abandonner quelqu'un à sa misère uniquement car... On n'était pas au courant. Immédiatement, le serveur eut une pensée pour sa petite blonde favorite, sa Cherry dont il n'avait pas encore eut de nouvelles, et presque instinctivement, le brun jeta un coup d'oeil à son portable dans sa poche.
Pas de nouveaux messages.

-Bonjour à toi aussi Alycia. reprit Jack en redressant la tête, souriant à la nouvelle cliente. Alors... Oui, et non. Il y a eut certaines parties de la ville qui ont plus soufferts de l'orage, personnellement, je n'ai pas fermé l'oeil de la nuit, et je crois qu'il y a même eut de la grêle. Je plains les pauvres qui se sont trouvés dessous... Quant à Cherry...

L'homme déglutit, lançant un regard en biais au William déconfit qui allait probablement quitter le café face aux clients qui commenceraient bientôt à affluer, puis, il déglutit revenant à la brune avant de terminer sa phrase :

[color=forestgreen]-Je n'ai strictement aucune idées d'où elle peut se trouver.

Jack revint ensuite à sa cuisine, se retournant pour se diriger vers celle-ci pour vérifier ses pâtisseries et sortir celles déjà prêtes, puis, après quelques minutes, il revint dans la salle principale du café et demanda, le visage encore grave:

-Excuse moi, tu veux quelque chose? Thé, café... Les sucreries ne sont pas encore prêtes alors je te prierai d'attendre un peu si tu en désires.

Et ce furent là les seules paroles du serveur dans un premier temps alors que le silence trop pesant les guettait de haut. Mais cette fois, ce fut l'employée si attendue du café qui déboula par la grande porte, toute contente avec son habituel entrain qui semblait ne jamais la quitter. Seulement cette fois, la bonne humeur n'était pas tout à fait... Bienvenue, et c'est pourquoi Jack lui lança un regard sombre une fois qu'elle eut terminé de parler. Peut-être que ce n'était qu'une radio, qu'une station comme les autres, mais le serveur considérait que William avait droit à un peu de respect, tout autant que la pauvre RNB qui semblait ne pas avoir survécut à cette nuit mouvementée.

-Cherry... dit bassement le serveur, comme pour la corriger. S'il te plaît, ce n'est pas le moment.

Un air grave, un ton de reproche, il fallait l'avouer, il n'avait pas pour habitude de s'adresser ainsi à quiconque, et encore moins à Cherry, mais il partageait la douleur de celui qui venait de perdre une part importante de sa vie, voir même la majeure partie de sa vie, et il ne pouvait pas passer outre.

-Bon, tu veux quelque chose toi aussi ? Pour bien commencer la journée ! Je sens qu'on risque d'avoir du monde aujourd'hui. D'ailleurs Alycia, tu es passée près de l'école primaire non? Elle n'était pas trop endommagée? Vu la tempête d'hier ça ne m'étonnerai pas qu'elle ferme le temps de quelques réparations. En fait, peut-être même qu'ils ne savent pas encore s'ils ont des problèmes, enfin... Reste proche de ton portable d'accord?

Oh oui, cette journée là serait une longue journée!

   

made by lizzou – icons & gif by tumblr


Mad Hatter
Unfortunately, in some parts of the country, some kids are taught at an early age that being different is somehow bad or wrong or worthy of ridicule.
Matt Bomer
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Double-Compte : Haigha, Alan & Clarky
Identité du conte : Héros des trois feuilles du serpent & diable aux cheveux d'or
Crédits : vava (Kate Nolan)
Avatar : David Tennant
Messages : 391
Date d'inscription : 18/02/2015

MessageSujet: Re: Jour I - Le calme après la tempête Ven 28 Aoû - 4:05


 
Une journée comme les autres
La Souche ◈ Jour 1
 
 
Participants du Jour 1
L'autorisation à peine formulée et sans même un merci, William perdit toute once de gêne pour s'installer comme chez lui à une table. Son transistor émit un grand bruit métallique lorsqu'il le posa devant lui et il prit tout de même le temps de le mettre bien droit par rapport au bord avant de sortir un casque de son sac et de le brancher à la machine. Ceci fait, il sortit son téléphone de sa poche, puis un deuxième ainsi qu'un crayon et son calepin qu'il ouvrit à la première page. Le temps qu'il ait fini d'organiser son nouveau bureau, Jack redescendait avec les fameuses pile. Le chroniqueur lâcha, cette fois, un merci qui ressemblait plus à un grognement et retourna  le transistor d'un geste vif, pour ouvrir le boitier, retirer la vieille pile grillée qui finit balancée sans ménagement à l'autre bout de la table et y glisser la rechange, faisant instantanément s'allumer tous les voyants du tableau. Remettant l'objet en face de lui, Will glissa le casque sur sa tête, laissant tout de même une de ses oreilles découvertes pour rester en contact avec le monde extérieur. Pourtant, sans prêter aucune attention aux allers et venues du serveur, il se plongea tout entier dans les ondes, réglant rapidement quelques curseur avant de noter sur sa page vierge une série de minuscules numéros à mesure qu'il changeait la fréquence sous le crépitement diffus du bruit blanc.

Il venait d'arriver à sa cinquième ligne de chiffres lorsque le serveur le coupa dans son élan pour marmonner quelque chose. Au mot "RNB", Will leva la tête comme un chien qu'on siffle et jeta un regard vaguement interrogateur au patron de la boutique. Prendre quelques heures... remettre sur pieds... qu'est-ce qu'il lui racontait encore ?

— De qui tu parle ? demanda le grand maigre avant de rebaisser les yeux vers son travail.

Il ajouta encore quelques lignes lorsqu'un son cloche vint lui signaler que quelqu'un était entré. Fronçant les sourcils, Will tenta de faire abstraction de cet élément perturbateur et rester concentré sur ses précieux parasites, mais il ne put s'empêcher de lever une nouvelle fois la tête en reconnaissant la voix d'Alycia. Que faisait-elle là ? Elle ne travaillait pas ?

— La RNB a grillé, lâcha-t-il en réponse avant d'avaler sans s'en rendre compte une grande gorgée de thé brulant et d'aligner une nouvelle série de nombres.

Il ne commença à ralentir qu'au bout de la dixième ligne. Plaquant une main sur le casque qui lui couvrait l'oreille, il réduisit les mouvements de ses doigts pour varier de peu la fréquence et afficha un fin sourire. Traçant une petite croix devant ses derniers numéros avant d'y ajouter une virgule et un curieux signe en pattes de mouches. Il alla pour reprendre son rythme, mais ralentis pour fermer les yeux. Un millitour à gauche et le nouveau signe qu'il traça derrière sa nouvelle ligne fut un point d'interrogation tout à fait identifiable. Cette fois, le nouveau tintement de la porte qui s'ouvrit ne parvint pas à percer sa concentration et il ignora totalement la nouvelle arrivante. A peine prit-il la peine de boucher son oreille libre lorsqu'elle leur adressa un salut général. Une fois encore, ce ne fut qu'en entendant son nom, un mot identifiable, qu'il leva la tête avec un air tout à fait surpris de voir la jeune serveuse blonde arrivée. A son air, il aurait dit qu'elle venait de lui demander quelque chose, mais rien n'était moins sûr.

— Je voudrais bien un croissant si tu as, demanda-t-il sans prendre le soin de préciser à qui.

Il s'apprêtait à retourner à sa friture lorsqu'un silence curieux détourna une fois de plus son attention. Passant les yeux d'une personne à une autre, le chroniqueur afficha un sourire un peu perplexe.

— C'est bon, fit-il. Respirez ! On dirait que votre chien est mort.
code de sceaudelaine ▬ gif de giphy ▬ musique de Paolo Nutini


All the world is a stage, and all the men and women merely players; They have their exits and their entrances, and one man in his time plays many parts. •• Shakespeare


amaaranth ♫♪
William Hataway

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Identité du conte : Capitaine Jacques Crochet
Avatar : Jérémy Sumpter
Messages : 59
Date d'inscription : 10/06/2015

MessageSujet: Re: Jour I - Le calme après la tempête Mar 29 Sep - 22:27






Le calme avant la tempête

« I'm James, the sailorman !»

♫ Troublemaker, for the Queen of the Queens ♪


Némo Maison, contrairement à son nom de famille, passait plus de temps à l'école maternelle ou dans la forêt, la plage ou les rues et échoppes, à Brant, qu'à son véritable chez lui ; aussi était-il plus commode de dire que le café de Jack était comme sa seconde maison – ou peu s'en fallait – plutôt qu'à sa maison, car bien malgré lui, il y passait plus de temps qu'à l'ordinaire, ce qui n'était pas pour déplaire à ledit Jack. Si la plupart de ses visites passaient incognito aux yeux de tous – car Némo mettait un point d'honneur sur la discrétion – il fallait bien qu'il se montre de temps en temps, car sinon, on allait le croire mort. Le fait d'aimer la solitude est quel chose qui peut faire s’inquiéter les gens, hélas. Mais il n'hésitait pas à mettre sa beauté en valeur quand il sortait. Toujours accompagné de son haut de forme, il sortait bien paré.

Une bonne partie de nuit avant été bien pluvieuse et orageuse. Le thermomètre affichait un joli 16°C et la matinée était déjà passée lorsque, marchant tel un dandy avec sa canne et son chapeaux, Eliott entra dans le café. Lorsque le Maître d'école entra, la plupart des gens qui discutaient vivement se retournèrent et les habitués retournèrent bien vite à leurs occupations. Le jeune homme s'adressa aux clients d'une petite voix claire et forte, sur un ton méprisant et amusé.


-Eh bien, eh bien ! Jack, ton fragile établissement tient encore debout après le violent orage d'hier... fit-il avec un sourire méprisant. Bonjour Alycia, votre frère vas bien ? Alors Cerise, on est encore arrivé en retard ? Heureusement que ce sont vos jambes qui font venir les clients...

Ses mots furent accompagnés d'un petit rire qu'il ne pouvait pas dissimuler : jouer les méprisant, c'était vraiment trop drôle. Némo resta un instant de marbre, avant de finalement faire apparaître un sourire amusé devant l'air déconfit des clients, qui, semble-t-il, devaient être un peu outré d'une telle méchanceté.

-Vous avez vus l'état dans laquelle est la radio locale, n'est-ce pas ? parvint à demander Némo entre deux gloussements.
Oh, oui, cela se voit qu'elle est complétement.... grillée ?!

Il accentua bien le dernier mot mais, au fond, il aurait été vraiment triste si l'école aurait été... morte.

-S'il vous plaît Jack, je prendrais un chocolat par ce froid à vous donner un rhume  ainsi qu'un muffin! affirma Némo d'une voix monotone. Quant à moi je tâcherai d'être patient pour savoir les nouvelles locales... Mais il y a le journal, votre petit concurrent.



Dernière édition par Némo Maison le Sam 17 Oct - 19:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Double-Compte : Astrid F. Oakenshield
Identité du conte : Reine || Ménétrier
Crédits : Me ~
Avatar : Emily Kinney
Messages : 16
Date d'inscription : 29/07/2015

MessageSujet: Re: Jour I - Le calme après la tempête Jeu 1 Oct - 22:31

Day 1
Ft. Tout le monde

Just f*ck you, very very much ~

Heileen avait mal dormi. La cause avait été simple, et naturelle : une tempête avait éclaté si violemment que chaque parcelle de la ville en avait été secouée. La demoiselle n'était pas du genre à s'inquiéter pour si peu, mais le vacarme que cela avait produit l'avait empêchée de fermer l’œil durant toute la nuit. Logeant toujours au Foyer pour jeunes, et n'ayant pas eu l'impolitesse de venir frapper une fois de plus à la porte de chez William, elle avait observé l'orage à la fenêtre jusqu'au petit matin. C'est vers cinq heure tout juste sonnées qu'elle sortit à pas de loup de sa chambre pour aller prendre une douche. Elle n'aimait pas particulièrement l'idée de vivre entourée de jeunes parfois très désagréables, et se levait toujours en avance pour prendre sa douche avant tout le monde. Elle, au moins, nettoyait ses cheveux tombés dans le lavabo, et rangeait toujours derrière elle après utilisation des lieux. Ces gamins ne disaient jamais bonjour, et quand ils le faisaient, c'était toujours sur un ton agressif. Alan était un homme très gentil, et elle l'adorait, mais ses colocataires pour le meilleur et pour le pire l'insupportaient. Elle avait déjà eu à subir ça quand ses parents sont morts, et Heileen commençait à bien connaître les habitudes de la maison. Pourtant, elle n'avait jamais été comme eux. Elle était resté cette fille honnête et souriante que ses parents aimaient à complimenter sur ses talents en violon.

L'eau froide ruissela sur sa peau d’albâtre, faisant ainsi frissonner son échine jusqu'au bas de son dos dénudé. Réglant la température sur eau tiède, elle inhalait le parfum du désodorisant qui planait encore dans l'air après le passage de quelques femmes de ménages. Les questions se bousculaient dans sa tête tandis qu'elle se savonnait : chacune de ses pensées se rapportait à son ex-mari, qui lui empoisonnait littéralement la vie. Que lui avait-elle fait pour mériter cela ? Pourquoi l'accabler comme il le faisait ? Heileen n'avait pas le souvenir d'avoir fait quelque chose de mal durant leur court mariage, et elle lui avait toujours témoigné du respect. Alors quoi ? Que lui voulait-il ? Rendue triste par la foule de souvenirs qui s'entrechoquaient, elle coupa net l'eau et sortit de la douche pour se sécher et aller manger. Ses cheveux blonds encore trempés lui dégoulinaient sur les épaules et le dos tandis qu'elle marchait d'un pas décidé vers la sortie du Foyer. Elle irait manger à la Souche, avec le peu d'argent de poche qui lui restait pour le mois.

Il faisait encore froid quand elle sortit dehors, et malgré son pull en laine blanche et sa veste kaki, elle tremblait comme une feuille morte. Regrettant de ne pas avoir mit d'écharpe et de bonnet, elle se précipita jusqu'à la porte du café et alla se réfugier en vitesse à l'intérieur. Il n'y avait pas grand monde à l'intérieur, seulement deux ou trois clients qu'elle avait l'habitude croiser en ces lieux. S'attablant à l'écart dans un coin, elle sortit de son sac à dos un petit livre pour commencer à en lire le contenu. Elle n'avait pas de cours ce matin-là, et jouer du violon par un temps pareil serait une fort mauvaise idée. Alors qu'elle se plongeait dans un chapitre qui s'avérait fort intéressant, la porte s'ouvrit, et sa tête se releva automatiquement pour voir débarquer William à la Souche. Contente de le voir, elle n'osa cependant pas aller le voir. Elle l’embêtait suffisamment à passer la nuit chez lui quand elle n'en pouvait plus du foyer, alors pas question d'empiéter sur cette matinée-là.

Elle fut bien désolée d'apprendre que la RNB avait quelque difficultés, mais elle préféra rester loin, observant et écoutant comme une petit souris du fond de son trou de rongeur au coin d'un mur. Jack lui répondit quelque chose, et elle retourna à sa lecture, quand une autre personne entra dans le café. C'était Alycia Evans, qu'Heileen ne connaissait pas très bien. Elle avait bien du la croiser deux ou trois fois, mais pas plus. Avec elle, Cherry, la serveuse de la Souche qui semblait ne pas avoir été affectée par le nuit infernale qui s'était abattue sur eux. Et arriva enfin quelqu'un qu'elle n'avait pas le souvenir d'avoir croisé. Et il sembla fort désagréable surtout quand il s'adressa avec mépris à tout le monde, et à commencer par William en le narguant avec la radio. Alors, furieuse contre ce malotru, elle referma d'un coup sec son livre, dont le bruit retentit dans tout un coin de la salle, et alla se planter devant lui avec une moue mécontente affichée sur son visage juvénile.

- Vous n'avez pas honte de vous ? Vous êtes qui, au juste, pour leur parler comme ça ?

Les sourcils froncés, elle croisa les bras, et recula de trois pas. Il n'allait certainement pas lui gâcher la journée ainsi.


by Epilucial



Revenir en haut Aller en bas


avatar

Identité du conte : Loups Messagers (descendante) Δ La Fauvette qui chante et qui sautille
Avatar : Kaya Scodelario
Messages : 196
Date d'inscription : 19/02/2015

MessageSujet: Re: Jour I - Le calme après la tempête Dim 4 Oct - 23:02

Alycia Evans
Chaque jour est un nouveau jour
C'est après avoir salué les deux hommes qu'Alycia se rendit compte de l'ambiance tout sauf festive qui régnait au café, habituellement si gai et actif. En ce matin d'Avril, La Souche était silencieuse, bien trop même comparé à d'habitude. Ce silence pesant n'améliorait d'ailleurs pas la morosité présente au comptoir. Alycia douta d'avoir gaffé au vu de la mine sombre des deux hommes, et accueillit le sourire léger - et un peu commercial ?- de Jack avec autant de soulagement que de réserve.
Lorsqu'il lui expliqua brièvement que l'orage n'avait tout de même pas été anodin, et qu'il avait dû faire ses ravages dans certaines parties de la ville, Alycia songea avec anxiété à sa meilleure amie blonde, puis à l'animalerie en priant pour que ni l'un ni l'autre n'aie subi de dégâts.  
Et quand, en jetant un œil à son portable, le blond lui avoua qu'il n'avait aucune idée d'où pouvait se trouver Cherry, elle s'inquiéta encore un peu plus pour la serveuse. Bien sûr, si elle n'avait rien, alors rien ne justifiait justement qu'elle envoie un message. Mais si elle avait eu des problèmes durant la nuit, cela devenait moins rassurant... Et comment savoir ce qu'il en était, à moins de la voir en personne ? C'est pour toutes ces raisons qu'Alycia aurait aimé que son amie blonde apparaisse immédiatement dans le café, que ce soit par magie ou par téléportation, afin qu'ils sachent qu'elle n'avait rien et qu'ils puissent se détendre...
Jack disparut un instant dans la cuisine, laissant les deux colocataires seuls. William était concentré sur sa stéréo, griffonnant avec rapidité sur son petit cahier. Et avec son casque sur les oreilles, il ne l'aurait peut-être même pas entendu. Elle attendit donc sagement que Jack revienne, en leur proposant thé et café par la même occasion. Alycia jeta un regard en coin au chroniqueur, un peu soucieuse, concernée, puis répondit qu'elle voulait bien d'un thé, avant d'être coupé par le bruit familier de la sonnette d'entrée et le salut un peu trop joyeux de la serveuse blonde, un peu plus tôt sujet d'inquiétudes. Guillerette, le ton clair et le visage lisse de toute contrariété, elle s'exclama avec fierté qu'elle n'était pas en retard -fait fréquent chez elle- avant d'enchaîner immédiatement avec une gaffe au moins aussi considérable que celle de la brune, en abordant avec légèreté les problèmes de la RNB, et avouant à demi-mot qu'elle se réjouissait de voir le chroniqueur ici, malgré les problèmes qui pourraient en découler.
La mine sombre, Jack réprimanda assez sèchement Cherry dès qu'elle eut fini de parler, ajoutant plus doucement que le moment était mal choisi. Alycia salua de la main la serveuse, le visage souriant, avant se reporter son attention sur le propriétaire lorsqu’il reprit la parole pour proposer quelque chose, histoire de "bien commencer la journée". Telle qu'elle était partie, cela semblait compromis pourtant, mais la Souche était un lieu d'un naturel si animé que, la journée avancant avec les clients, cela n'aurait pas semblé étrange qu'elle redevienne aussi gaie qu'à l'accoutumée dans l'après-midi.
La jeune femme se retourna vivement vers Jack lorsqu’il lui demanda si elle était passée près de l'école primaire, pour avoir des nouvelles. La jeune femme secoua doucement la tête avant de répondre.

- J'ai pris un raccourci aujourd'hui, la rue habituelle était toute détrempée et je voulais passer ici avant d'aller à l'animalerie, j'ai préféré me presser. J'irais jeter un oeil ce midi et je garde mon portable avec moi alors, merci.

Un petit silence gênant plana dans l'air suite à sa réponse, les trois adultes debout ne sachant pas trop relancer la conversation avec le patron de la RNB au milieu. Il sembla d'ailleurs s'apercevoir de ce silence car il se retourna vers eux, la mine perplexe, en les incitant à se détendre. Alycia jeta un oeil aux deux autres avant d'hausser les épaules et de suivre le conseil sans trop se poser plus de questions. Elle lui proposerait de le remplacer à la vaisselle ce soir pour qu'il puisse s'occuper de cette panne généralisée tiens.
Quelques minutes s'écoulèrent, Cherry grignota un petit quelque chose que Jack lui proposa, ils discutèrent un peu. Les premiers clients arrivèrent, des gens qu'Alycia avait déjà vu mais qu'elle ne connaissait pas réellement. Une étudiante, un couple, puis un blond habillé de façon un peu bizarre, haut de forme et canne, une tenue qu'elle aurait plutôt adopté pour une soirée...   Elle ne s'intéressait toutefois pas plus à cet homme qu'aux autres clients, jusqu'à ce qu'il se mette soudain à cracher son venin sur toutes les personnes présentes.
Si la jeune femme fronça seulement les sourcils, mécontente, lorsqu'il se moqua du café, dans lequel il était pourtant venu, elle vit rouge lorsqu’il osa parler de son frère. Elle ne savait   pas si il se moquait de sa maladie, ou si la question était posée en toute honnêteté, mais entourée de tant de mépris, elle le prit mal, très mal même, et l'autre n'arrangea pas son cas lorsqu'il continua en ridiculisant sa meilleure amie. Alycia se retenait de le frapper, le fusillant du regard avec une fureur contenue tandis que l'autre se taisait, affichant un petit sourire tout aussi méprisant que méprisable.
Quand l'homme vint s'installer au comptoir en demandant un chocolat et un muffin, Alycia fronça le nez et posa son menton au creux de sa main, jouant le désintérêt total, alors qu'au fond le blond l'écoeurait. Il se remit encore à cracher son venin, pour provoquer William, lui disant qu'il attendrait les nouvelles de la radio, au moins jusqu'à ce que le journal ne la supplante. Alycia crissa silencieusement des dents, désireuse de lui faire fermer son clapet, sans pour autant oser faire du grabuge dans le café de Jack. Si elle cassait quelque chose en plus de tout ça, leur journée serait définitivement gâchée.
Alycia était en train de serrer les poings, ne rêvant que de tordre le cou à cet oiseau de mauvaise augure, quand une des dernières clientes, blonde au visage vaguement familier se leva soudainement en faisant racler sa chaise sur le sol. Elle alla de suite se planter devant le piaf, une moue mécontente sur le visage, et s'exclama derechef

- Vous n'avez pas honte de vous ? Vous êtes qui, au juste, pour leur parler comme ça ?

Alycia la fixa avec surprise, son regard passant de la blonde au blond, sans comprendre pourquoi l'étudiante se mêlait de cette querelle qui ne la concernait pas. Et puis elle se rappela d'où elle la connaissait : elle venait parfois voir William dans la maison qu'ils co-louaient. Ce qui expliquait pourquoi elle s'impliquait, elle devait être une connaissance, une amie de William. Elle s'offusquait pour le patron de la RNB, plutôt sympathique, elle pourrait bien l'aimer. Euh, non reprenons : elle se retenait elle, c'était trop facile de venir décharger sa colère avec des mots ! Elle préférait le concret : son poing, un visage habillé d'un haut de forme et le sol. Vous voyez le tableau ? Enfin, mieux valait ne pas faire dégénérer la situation, elle allait bientôt devoir partir en travail en plus. Elle jeta un regard à William, voulant soudain vérifier si il n'avait pas encore son casque sur les oreilles : avec un peu de chance il n'avait pas entendu toutes ces mesquineries. La situation pourrait donc encore être maîtrisée... Et avec cette pensée en tête elle se pencha vers Jack pour lui chuchoter

- S'il y a un problème, je peux jouer les videuses.
©clever love.
[/color]


Alycia Evans
You know how strong you are,
until being strong is the only choice you have.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Jour I - Le calme après la tempête

Revenir en haut Aller en bas

Jour I - Le calme après la tempête

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le calme après la tempête. || Eric Dearbrone
» Le Calme après la Tempête
» Le calme après la tempête
» Le calme après la tempête. [Scott] [RP ABANDON.]
» Le calme après la tempête ou pas... [ Roméo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: CÔTÉ EST :: La Souche-