AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Un kilo de livre et un sourire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Double-Compte : Willy, Haigha & Clarky
Identité du conte : L'homme en fer blanc
Crédits : Moi-même
Avatar : Sagamore Stévenin
Messages : 41
Date d'inscription : 12/04/2015

MessageSujet: Un kilo de livre et un sourire Mar 14 Avr - 0:10



   
Un kilo de livres et un sourire
Bibliothèque ~ Un mardi de la malédiction
( Linkin Park → Burning in The Skies )

   Appuyé contre le mur de la bibliothèque, Alan vérifia une énième fois qu'il avait bien récupéré tous ses livres. Un, deux, trois quatre... ses doigts glissèrent d'un dos de couverture à l'autre à mesure qu'il essayait de se rappeler de tous les titres qu'il avait emprunté. Il fallait dire que sur ce coup là, les jeunes ne l'aidaient pas. Pour ce qui était de lui donner des listes sans fin de bricoles à acheter ou lui rappeler qu'il n'avait pas encore remplacé le joint cassé dans les douches des filles, il n'y avait aucun problèmes ; mais dès qu'il était question de ranger un peu pour regrouper tous les livres de la bibliothèque, là, étrangement, il n'y avait plus personne. Enfin, il avait prit son courage à deux mains pour le faire lui-même, passant au crible chacune des pièces du foyer pour être certain que rien ne lui échapperait. Après deux bonnes heures de recherches, il avait trouvé quatre paquets de cigarettes, deux bouteilles d'alcool, six magazines pour hommes et, finalement, les dix livres qu'il cherchait.

Alan remit les ouvrages à plat sur ses bras, se redressant pour se décoller du mur. Il avait bien compté, aucun problèmes. A moins qu'il n'ait récupéré par mégarde l'un des dictionnaires non loués du foyer. Il espérait surtout que la bibliothécaire n'allait pas lui faire payer un supplément. Il avait tout de même trois bonnes semaines de retard et avait retrouvé une biographie de Molière calée sous une commode. La reliure n'avait pas l'air d'avoir souffert, mais il n'avait pas eut le temps de vérifier. La lettre de rappel était claire ; tout devait être rendu ce jour-là avant vingt heures. Il avait encore de la marge, il n'était pas encore quatre heures, mais il devait aussi aller voir l'un de ses clients dans une bonne demi-heure. Le temps, il lui semblait en manquer constamment.

Jouant les équilibristes avec sa lourde charge, Alan s'appliqua à ouvrir la porte de la bibliothèque. Il aurait bien aimé qu'elle soit comme les panneaux coulissant du centre commercial ou de l'épicerie, à s'ouvrir au moindre mouvement. Au lieu de ça, l'homme dut se contorsionner pour maintenir le battant ouvert alors qu'il se glissait à l'intérieur. L'exploit accomplit, il laissa la porte se refermée derrière lui, soufflant de fatigue pour la forme. L'entrée semblait déserte, tout comme le reste des lieux. Pas une seule personne assise aux tables de lectures, pas une seule bibliothécaire derrière son comptoir. Le brun ne s'en inquiéta pas, il s'avança jusqu'à l’accueil, prenant soin d'être le plus silencieux possible. Il déposa sa charge sur le comptoir, les alignant distraitement alors qu'il jetait un nouveau regard aux alentours. Toujours personne. Alan se pencha au-dessus de la table, vérifiant que Kate ne se trouvait pas accroupis derrière.

— Il y a quelqu'un ? lança-t-il assez fort pour qu'on l'entende au moins jusqu'à l'autre bout de la pièce.

   © 2981 12289 0


Alan Rainier
Coeur insouciant vit longtemps ; à coeur vaillant, rien d'impossible... et si on l'écoutait au lieu d'en parler ?

   
   Florissone


Dernière édition par Alan Rainier le Jeu 16 Avr - 17:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Identité du conte : La Belle (La Belle et la Bête)
Crédits : /
Avatar : Jenna Coleman
Messages : 318
Date d'inscription : 18/02/2015

MessageSujet: Re: Un kilo de livre et un sourire Mar 14 Avr - 12:48



 
Un kilo de livres et un sourireAlan x Kate

 
-Non... Pas ça... Toujours pas non... Mais ou est-ce qu'il peut bien être?

Nous n'allons pas nous mentir: Kate était en ce moment, en grande difficulté.
La raison de ces quelques murmures discrets? Simple en réalité : elle faisait en ce moment même l'inventaire des livres de toute la bibliothèque. Un travail long et ennuyeux quand on y pensait, très très long et très très ennuyeux même, mais la jeune femme avait ce don que l'on appelait patience, mêlant a cela cette passion immodérée pour les livres qu'elle n'hésitait pas a commencer a feuilleter si le titre lui semblait accrocheur ou si la couverture lui plaisait. Science-fiction, nouvelles, romans policier ou d'aventure, elle n'en demandait pas beaucoup, simplement qu'ils la fassent rêver un peu.

La brunette fronça les sourcils.
Assise en tailleur sur le sol de la bibliothèque, cachée de l'entrée par les étagères qui l'entouraient, elle se sentait quelque part toute petite au milieu de tous ces livres, et c'était presque magique. Mais ce n'était pas cette raison qui l'avait forcée a s'assoir aujourd'hui, mais plutôt le fait qu'elle se tenait debout au même endroit depuis bientôt vingt minutes.
Un ordinateur portable à côté d'elle, cinq livres de la serie "Daragon Eragon" posés a plat sur le sol en face, elle compta a nouveau combien il y en avait avant de lever le regard vers la bibliothèque, pour vérifier qu'aucun livre de la série n'y était resté. Pourtant, le deuxième de cette série était porté disparu. "Daragon Eragon ; Le cri du héros" s'était simplement... Envolé.
Enregistré présent, il ne semblait pourtant pas être rangé a l'endroit où il aurait dut...
Se plongeant cette fois sur son ordinateur, Katerine vérifia les dernières personnes a l'avoir emprunté, se souvenant que chacune le lui avaient rendu, et auparavant, il avait aussi été marqué présent.
Il devait bien être quelque part... Non?
La bibliothécaire soupira avant de se passer une main dans les cheveux, et de se laisser tomber sur la moquette du sol, les bras écartés et les yeux fixant le plafond sans réellement le voir.
Si elle commençait a perdre des livres de cette façon, ou a les emprunter a quelqu'un en les marquant présents, son travail n'allait pas tarder a lui filer entre les doigts.
Et a cette seule pensée, la jeune femme ferma les yeux en plissant les sourcils, tentant de ne pas repenser a cette horrible possibilité.
Ce travail avait été une chance, une porte de sortie... Il fallait qu'elle retrouve ce fichu "Daragon Eragon ; Le cri du héros" !

Se redressant vivement, pleine de détermination, la jeune femme pris une grande inspiration jusqu'à ce qu'une voix ne l'interrompt, demandant si quelqu'un était bien là. Elle se pencha légèrement sur le côté, contorsionné vers l'arrière pour pouvoir voir vers le comptoir de l'entrée, et apercevant effectivement un client, elle revint dans sa position initiale pour se relever vivement, vérifiant que sa jupe était bien en place et son gilet de même.
Sans même remarquer que son petit passage au sol précédent avait laissé un magnifique épis dans sa chevelure.
Kate se retourna alors, se dirigeant vers le comptoir en laissant ses affaires sur place, sachant pertinemment que personne ne viendrait les voler.
Il s'agissait d'Alan, un client... Plus ou moins régulier, toujours gentil, qualité très appréciable a vrai dire, et qui semblait être attaché à elle. C'était... Mignon, même si elle de son côté ne savait pas trop quoi penser de cela, la situation l'amusait un peu, c'est vrai, mais quelque part elle n'arrivait pas à savoir si il y avait plus que cela pour le jeune homme.

-Alan! lacha-t-elle avec un sourire alors qu'elle arrivait a son niveau -toujours cet épis dans les cheveux, je précise merci-. Cela fait un moment que vous n'êtes pas passé, c'est pour rendre les livres?

Tout en prononçant ces mots, elle s'était mise a farfouiller dans les papiers qui parsemaient le comptoir, essayant de mettre de l'ordre dans tout cela pour laisser la place à la tonne de livre que semblait porter l'autre pour le libérer d'un peu de son poids.

-Laisse moi te libérer de quelques uns, reprit-elle en levant la tete pour observer le brun, se saisissant des quatres ou cinq livres au dessus de la monstrueuse pile qu'il tenait dans les bras, [/color]ça a dut être un défi de passer la porte avec tout ça dans les bras... Pourquoi tu n'as pas prit un chariot? [/color]

Après tout, il y en avait bien a l'entrée, juste devant, même si c'est vrai que beaucoup oubliaient, c'était plutôt utile dans ce genre de situation!
Enfin, d'un autre côté, s'il faisait toujours le parcours du foyer pour jeune jusqu'ici a pied avec tous ces livres sur les bras, il ne fallait pas s'étonner qu'il soit plutôt... "Bien moulé" comme aurait dut Jack! 
©clever love.





Dernière édition par Kate Nolan le Mar 14 Avr - 15:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Double-Compte : Willy, Haigha & Clarky
Identité du conte : L'homme en fer blanc
Crédits : Moi-même
Avatar : Sagamore Stévenin
Messages : 41
Date d'inscription : 12/04/2015

MessageSujet: Re: Un kilo de livre et un sourire Mar 14 Avr - 14:23



   
Un kilo de livres et un sourire
Bibliothèque ~ Un mardi de la malédiction
( Linkin Park → Burning in The Skies )

   Par malchance, Alan avait tourné la tête juste au moment où celle de Kate était apparue furtivement de l'autre côté d'une étagère, la manquant de peu. Appuyé sur le comptoir, il commençait à se demander si la jeune femme n'était pas partit refaire ses stocks ou trier sa réserve. Peut-être aurait-il mieux fait de laisser ses livres là où il étaient pour retourner à son emploi du temps chargé, mais il préférait se lancer à la recherche de la bibliothécaire. A tous les coups, elle ne se souviendrait pas qu'il avait emprunté tous ces bouquins et ne comprendrait pas ce qu'ils faisaient hors de leurs étagères. S'il ne se trompait pas, il pouvait être sûr de recevoir une nouvelle lettre de rappel quelques semaines plus tard.

L'homme s'était donc décidé à traverser les lieux de long en large si nécessaire lorsque la voix de la bibliothécaire lui fit tourner la tête et afficher un sourire qui s'accusa en coin lorsqu'il remarqua l'état des cheveux de la petite brune.

— Tiens Kate, je commençais à croire que vous vous êtiez perdue dans vos rayonnages, plaisanta-t-il. Vous auriez dut laisser un papier sur la porte, j'étais à deux doigts d'appeler les secours.

Il la regarda s'approcher et récupérer les livres, se retenant de rigoler lorsque l'impressionnant épi qu'elle avait dans les cheveux lui passa sous les yeux. Avait-il surprit une sieste sur les heures de travail ou quelque chose d'un peu plus gênant pour la jeune fille ? Il faudrait qu'il en apprenne un peu plus à ce sujet, mais cela devrait attendre.

— Normalement tout y est,
affirma-t-il. Une biographie, deux livres de maths, une deuxième biographie, trois. Non. Quatre romans, une méthode de japonnais pas même entamée et... ça je ne sais même pas ce que c'est, conclut-il en récupérant l'un des plus épais volumes dont il feuilleta le contenu en caractères microscopiques trop vite pour le lire. Les jeunes parfois. Ils changent de passions tous les mois et veulent toujours se documenter sur tout et n'importe quoi. Entre ça et les cours je me demande quand est-ce qu'ils trouvent le temps de sortir presque tous les jours. Il reposa le livre sur la pile et la remit sur ses bras, adressant un regard de comploteur à la jeune femme. Je crois qu'ils mentent pour les devoirs, je n'ai pas de preuves, mais l'instinct ça ne trompe pas. Reprenant un peu de sérieux, il ajusta sa prise sur les couvertures et pivota vers la jeune femme, prêt à lui emboiter le pas si elle décidait d'aller quelque part. Enfin bref, j'ai cru comprendre que tu faisais une collecte. Je crois qu'il y a de quoi t'occuper avec tout ça.

A la question de la jeune femme, Alan tourna la tête vers l'extérieur. Bien sûr, il n'avait pas pensé à prendre de chariot qui pouvait penser à des choses pareilles ? Ils étaient pourtant plutôt bien en vu, mais pour le peu de chemin qu'il avait eut à faire entre sa camionnette et l'entrée, ça n'en n'aurait pas vraiment valut la peine.

— C'est vrai, c'est plus pratique. Tu veux que j'aille en chercher un ? En disant cela, il se retourna vers la bibliothécaire, incapable de s'empêcher de remarquer une nouvelle fois sa coiffure qui lui tira un nouveau sourire taquin. Au fait, les cheveux... Tu lance une nouvelle mode ?

   © 2981 12289 0


Alan Rainier
Coeur insouciant vit longtemps ; à coeur vaillant, rien d'impossible... et si on l'écoutait au lieu d'en parler ?

   
   Florissone


Dernière édition par Alan Rainier le Jeu 16 Avr - 17:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Identité du conte : La Belle (La Belle et la Bête)
Crédits : /
Avatar : Jenna Coleman
Messages : 318
Date d'inscription : 18/02/2015

MessageSujet: Re: Un kilo de livre et un sourire Mer 15 Avr - 12:07



 
Un kilo de livres et un sourireAlan x Kate

 
-Non... Pas ça... Toujours pas non... Mais ou est-ce qu'il peut bien être?

Kate répondit au sourire de l'homme par le même genre de sourire, avouons le, déjà amusée par ce genre d'ouvertures qui avaient le don de détendre l'atmosphère, et cela quelle qu'elle soit.

-Les secours? Parce que je me suis perdue entre les livres? Je pense que si cela avait vraiment été le cas, ils auraient eut bien du mal a me retrouver, bien plus que j'en aurai eut a retrouver la sortie! Mais merci de vous être inquiété, même si votre cruel manque de confiance en moi me déçoit un peu.

La brunette redressa légèrement la tête, essayant de laisser apparaître un visage totalement neutre pour montrer son indifférence malgré la petite lueur espiègle dans le regard, en vain bien évidemment. Le discret sourire qui avait prit place quelques secondes sur ses lèvres semblait vouloir revenir, et elle ne faisait pas vraiment d'efforts pour tenter de le cacher.
Elle appréciait naturellement les hommes qui savaient parler, pas forcément aux femmes, mais simplement entretenir une discussion sensée, intéressante et légère a la fois. C'était un vrai art, et même si elle aussi y parvenait la plupart du temps, dans le domaine de son travail elle avait toujours un peu de mal à lâcher la bride. Alors Alan restait une... Très bonne connaissance, avec qui elle adorait discuter et rire aussi la plupart du temps, c'était un homme foncièrement bon et cela, c'était bien quelque chose de rare.

Toujours inconsciente de la chose qui se dressait a l'arrière de sa tête, Kate observa les livres au fur et à mesure que l'homme les lui énonçait, ne lisant pas réellement le titre, mais plutôt simplement pour les compter et vérifier les paroles de son ami.
Pas qu'elle n'avait pas confiance en lui, mais elle n'avait plutôt pas vraiment confiance en le fait qu'il était si tête en l'air que ça. Bon, le terme n'était pas franchement exact, mais l'idée était tout de même là.

-Je n'en ai aucunes idées ... répondit-elle d'abord alors qu'elle comptait encore les livres. Quand je faisais mes études, je n'avais décidément pas le temps de sortir, ils doivent être très doués ou très menteurs pour réussir les deux a la fois.

Elle redressa la tête vers Alan, lui souriant légèrement alors qu'elle venait de finir de compter les ouvrages, et lorsqu'il tenta d'ailleurs de reprendre tous les livres, elle en garda quelques uns pour elle avant de se diriger vers l'endroit où elle avait laissé son ordinateur. Il avait beau être gentleman, elle même n'était pas mal polie! Et il était hors de question qu'elle lui laisse porter toute la charge!

-Enfin, ça remonte a loin, ils ont peut-être trouvé une solution depuis? Qui sait?

La jeune femme laissa échapper un léger soupir en repensant à ses études abandonnées pour faute de moyens, mais elle reprit assez vite sur un ton amusé, tout en jetant un coup d'oeil au brun qui l'accompagnait:

-Je ne mets pas en doute ton instinct, c'est très important, l'instinct! Moi même je fais souvent confiance a mon "instinct" tu sais?

Il étaient presque arrivés au niveau de l'ordinateur lorsqu'Alan lui proposa d'aller chercher un chariot.
Alors qu'il parlait, la brunette s'était accroupie en posant les livres délicatement a même le sol, avant de se saisir de son bien et de le poser sur ses genoux, tout en ramenant du bout de l'index, une mèche volage derrière son oreille.

-Je pense que ce n'est pas la peine, nous y sommes... dit-elle sans grande attention, cherchant déjà le bon programme sur son ordinateur.

Geste d'ailleurs très ironique lorsqu'on prenait compte de la deuxième partie de la phrase de l'homme.

-Pardon?

Kate releva la tête vers l'autre en même temps que l'un de ses sourcils se fronçait: ses cheveux? Qu'avaient-il encore, ses cheveux?
Presque hâtivement, elle chercha dans son sac -posé aussi dans ce coin là ou elle devait avoir passé une bonne heure- un miroir ou quelque chose pouvant remplacer, et lorsqu'elle se regarda enfin dans la glace, un sourire crispé se dessina sur ses lèvres alors que son regard devint plus... Étrange. Comme désabusé.
Elle se frotta un instant les yeux en reposant le miroir, respirant un bon coup avant de relever la tête vers Alan, un grand sourire aux lèvres, grand sourire qui voulait certainement dire bien autre chose:

-Et... Tu n'as pas jugé utile de me le faire remarquer avant...? Non?

Traduction: Merci beaucoup de la petite attention, je te revaudrai ça !
La brunette soupira, tout de même légèrement amusée même si c'était assez gênant, avant de sortir une brosse de son sac pour essayer d'arranger le monstrueux épi qui avait décidé de lui pourrir sa seule visite de la journée.
Bien. Génial! Elle adorait sa vie!

-Bon, excusez moi. C'est... Le... Enfin... Excusez-moi.

Courte pause, puis elle fronça les sourcils et fixa son unique client d'un air légèrement accusateur, avant de simplement lui demander:

-Mais dites moi... Vous n'avez quand même pas pris de photo, n'est-ce pas?
©clever love.



Revenir en haut Aller en bas


avatar

Double-Compte : Willy, Haigha & Clarky
Identité du conte : L'homme en fer blanc
Crédits : Moi-même
Avatar : Sagamore Stévenin
Messages : 41
Date d'inscription : 12/04/2015

MessageSujet: Re: Un kilo de livre et un sourire Jeu 16 Avr - 16:54



   
Un kilo de livres et un sourire
Bibliothèque ~ Un mardi de la malédiction
( Linkin Park → Burning in The Skies )

   La bibliothécaire tout juste revenue de son royaume d'étagères semblait toujours aussi distraite que d'habitude. Au moins semblait-elle en bonne forme. Un peu pâle peut-être, il faudrait qu'il pense à la faire s'aérer s'il en avait l'occasion. Elle en oublia même de lui dire bonjour, mais, après tout, lui non plus ne l'avait pas salué. Bah, peut-être se rattraperaient-ils avant de partir. Il fronça légèrement les sourcils alors qu'il cherchait à donner un sens aux justifications de la jeune femme, mais laissa bien vite tomber l'affaire pour lui adresser un sourire un peu plus large. Vraiment toujours aussi distraite.

— Oh j'ai toute confiance, répondit-il. C'est juste qu'on n'est jamais trop prudent.

Il ne se serait pas vu aller la chercher dans les méandres de son repaire. A coups sûr, c'est lui qui se serait perdu et ce n'était pas faute d'avoir un bon sens de l'orientation. En tout cas, il se rendit bien vite compte qu'il n'avait pas capté toute l'attention de la jeune femme qui lui déroba une moitié de la pile de livres sans même lui demander son avis. Il n'allait pas se plaindre, de toute façon elle ne l'aurait sans doute pas entendu, si cela lui faisait plaisir de se charger il valait mieux ne pas protester, c'était une règle élémentaire en question de bonne entente avec les bibliothécaires ; ne pas trop insister quand il était question de leurs chers livres si on ne voulait pas avoir à le regretter.

Il la suivit donc, l'écoutant lui répondre avec parfois un petit temps de retard, sans se défaire de son sourire devant l'une de ses têtes de linotte préférées. La jeune femme s'accroupit soudain pour récupérer un ordinateur abandonné au milieu d'une véritable forêt de romans qui tira sans peine à Alan un sifflement admiratif.

— Je vois que ça travail dis-moi. T'as pas oubliée de dormir au moins ?

Il recommençait à jouer les grands frères, l'habitude, il fallait dire que Kate lui rappelait beaucoup certaines de ses pensionnaires. Il savait bien qu'elle devait avoir passé sa majorité depuis longtemps, mais elle avait, parfois, le même air un peu perdu. Enfin, la jeune femme réalisa qu'il était à côté. Comme quoi les cheveux resteraient toujours une valeur sûre. Il lui adressa un sourire taquin avec un regard assortit alors qu'elle le dévisageait, tout à fait choquée. Ah les filles. Il la regarda chercher un miroir dans son sac, dissimulant son rictus derrière sa main alors qu'il se frottait la barbe. Cela suffit à lui laisser assez de temps pour reprendre son sérieux et il afficha un visage moins moqueur lorsqu'elle leva de nouveau la tête vers lui, le visage radieux.

— Et manquer une occasion de te dérider ? Jamais ! En plus, j'aurais pu te prévenir deux jours avant que tu m'aurais dit exactement la même chose.

Pendant qu'elle se recoiffait, Alan jeta un coup d'oeil aux alentours pour trouver une chaise libre. Autant dire qu'il y avait le choix. Il attrapa la plus proche et s'assit au bord pour diminuer un peu l'altitude qui le séparait de la jeune femme. S'appuyant des coudes sur ses genoux. Il afficha une fausse mine déconfite en l'entendant s'excuser.

— Oh non ! J'avais presque réussi à te faire me tutoyer,
se lamenta-t-il. Et en plus j'ai oublié de prendre un chariot en arrivant, décidément c'est pas mon jour, plaisanta-t-il encore.

Il prit un air innocent quand elle l'accusa presque d'avoir pris des photos, juste choqué qu'elle l'ait cru capable d'une chose pareille.

— Des photos ? Comme si c'était mon genre. Il se redressa et mit la main dans sa poche pour en sortir son téléphone. Quoique, laisse-moi vérifier...

Il fit mine de chercher dans ses fichiers, mais ne tarda pas à lancer un regard taquin à la jeune femme par dessus son portable.

   © 2981 12289 0


Alan Rainier
Coeur insouciant vit longtemps ; à coeur vaillant, rien d'impossible... et si on l'écoutait au lieu d'en parler ?

   
   Florissone
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Identité du conte : La Belle (La Belle et la Bête)
Crédits : /
Avatar : Jenna Coleman
Messages : 318
Date d'inscription : 18/02/2015

MessageSujet: Re: Un kilo de livre et un sourire Ven 17 Avr - 0:46



 
Un kilo de livres et un sourireAlan x Kate

 

La jeune femme eut une légère grimace ainsi qu'un sourire crispé lorsque son "invité" la siffla en admirant son travail, elle même relevant la tête vers son "espace de travail arrangé".
C'est vrai que quelque fois, elle grognait clairement contre le manque flagrant de personnel, et contre le fait qu'elle se retrouvait bien plus régulièrement que beaucoup le pensaient, seule et sans personne pour l'aider -dans ce genre de cas, les chariots se révélaient être de précieux allies... Sauf dans les escaliers. Maudits soient les escaliers!-. Mais dans le cas présent, Kate tenait plutôt à remercier le bon Dieu de lui avoir offert cette presque solitude pour lui permettre... Ce genre d'extravagances.
Nul doute qu'avec toute autre personne qu'Alan, soit elle ne se serait permit aucuns commentaires en se demandant franchement ce qu'elle fichait par ici, des dizaines de livres au sol éparpillés dans un désordre apparent -même si en réalité, classifiés dans un système plus que précis!-, soit on lui aurait demandé directement si elle prévoyait un pique-nique ou de planter une tente près d'ici -remarques peu agréable, je vous l'accorde-.
Mais Alan... Avait plus ou moins l'habitude, en plus d'être d'un naturel adorablement compréhensif évidemment. Et c'était sûrement l'une des raisons pour lesquelles la brunette l'appréciait autant.

-Oui, comme tu vois, c'est ma semaine tiens! Et vu comme c'est parti, je risque d'y rester un peu plus que prévus...

Kate lâcha un soupir, avant de revenir sur son écran. Griller quelques nuits? C'est probablement ce qu'elle allait finir par faire de toute façon, alors répondre à l'homme pour le moment n'allait sûrement pas être une réponse soit très franche, soit très durable. Et qu'il l'en empêche tiens! Qu'il essaie un peu, on verrait bien ce qu'il adviendra!

À cette pensée, la jeune femme eut un discret sourire en coin, tout en jetant un regard en billet à son premier et sûrement dernier client de la journée.
En était-il capable? Sans aucuns doutes! A croire qu'il la prenait pour l'un de ses jeunots de son foyer chéri, à toujours la couvrir dans un sens. Peut-être à cause de sa petite taille ? Ou de son visage encore un peu enfantin? Allez savoir...!
Mais quelque part, avouons le, c'était plutôt mignon.
De sa part, bien évidemment.

Et ce fut précisément a ce moment que Alan reprit l'histoire de la "houpette".
Arrachant, par la même occasion, un magnifique sourire bien trop large et crispé pour être sincère à la bibliothécaire.
Ah... La délicatesse des hommes! C'est trop aimable!

-Et bien, la prochaine fois, évitez simplement d'attendre dix minutes avant de me l'annoncer, d'accord?

Son ton c'était fait plus doux, plus léger même si taquin, clairement plus vexée du tout de quoi que ce soit, même si tout de même un peu boudeuse. Son sourire aussi s'était adouci, reprenant une taille normale, ayant un air presque attendri alors que dans ses yeux dansait une petite lueur amusée.
Il fallait avouer que cela avait marché.
Ça marchait toujours.
Et elle ne pouvait définitivement pas lui en vouloir pour cela, car même si cela nuisait à son principe de base de rester sérieuse au travail, c'était toujours plaisant, et bienvenue dans son monde d'ombres et de silence qu'était sa bibliothèque.

Après s'être assis, l'homme reprit de plus belle sur ses plaisanteries, se lamentant alors sur le fait qu'elle était retournée au vouvoiement et de ne pas avoir prit de chariot, tout juste avant de sortir son portable alors qu'il assurait que ce n'était pas son genre de prendre des photos.
Ah... Le vouvoiement, le dur combat d'Alan Rainier! Sauf que voilà, elle était au travail, et elle se forçait donc de rester aussi professionnelle qu'elle le pouvait! Et même si certaines fois il y échappait par accident, elle tentait de rester le plus stricte possible sur ce point, dans la mesure du raisonnable!

Les yeux a nouveau rivés sur l'écran parcouru d'une souris hyperactive qui vaguait d'un onglet à l'autre à une vitesse effarante, Kate semblait cependant beaucoup moins dans son monde et le petit sourire qui persistait sur son visage en disait long sur sa présence aux côtés du brun.

-Pas au travail, Alan! Pas au travail... Peut-être que vous, vous avez plus de... Attends, tu fais quoi là ?

La jeune femme s'était interrompu en plein milieu de sa phrase lorsqu'elle remarqua enfin que l'autre avait sortit un téléphone de sa poche... Un téléphone... Avec caméra.
Fixant tour a tour l'objet, puis son propriétaire, totalement désintéressée de son propre écran, sa bouche s'ouvrit lentement comme si elle était incroyablement vexée sans pour autant trouver les mots, avant qu'elle ne se referme et ne déclare lentement et distinctement:

-Tu n'as pas osé... N'est-ce pas?

Il dut bien se passer une ou deux secondes avant que, sans un mot de plus, elle ne referme vivement son ordinateur et ne le pose a côté d'elle, se redressant totalement pour s'emparer de la "boite de Pandore" et de la mettre hors de portée de son propriétaire pendant qu'elle même regardait les photos... Inexistantes.
La brunette fronça à nouveau les sourcils alors que son sourire se crispa immédiatement, comprenant la supercherie presque immédiatement, avant de lâcher un soupir clairement amusé et qu'elle ne tende a nouveau l'objet a son propriétaire, semblant à moitié désabusée et à moitié cédant sur le fait que c'était encore une fois bien joué.

-Tu m'expliques pourquoi je me tue encore à te croire de temps en temps? demanda alors Kate avec un court pouffement en début de phrase.

C'est vrai que quelque part, elle faisait un bon, voir un très bon public. Très crédible, mais c'était aussi et surtout parce qu'elle même se laissait porter.
Dans un autre cas, elle aurait pût plisser les yeux et demander d'un ton suspicieux «Tu me fais marcher c'est ça? Tu n'as rien pas vrai? », mais elle ne l'avait pas fait. Tout simplement parce que c'était comme un jeu, et si Alan se plaisait a la mener par le bout du nez de temps en temps, elle se plaisait à le voir réagir et à la taquiner de cette façon. Et puis, quand elle n'était pas au travail, elle aussi l'asticotait de temps en temps.
Pourquoi les rôles ne pourraient-ils pas s'inverser?
©clever love.



Revenir en haut Aller en bas


avatar

Double-Compte : Willy, Haigha & Clarky
Identité du conte : L'homme en fer blanc
Crédits : Moi-même
Avatar : Sagamore Stévenin
Messages : 41
Date d'inscription : 12/04/2015

MessageSujet: Re: Un kilo de livre et un sourire Lun 4 Mai - 15:52



   
Un kilo de livres et un sourire
Bibliothèque ~ Un mardi de la malédiction
( Linkin Park → Burning in The Skies )

   Alan fut sincèrement désolé pour la bibliothécaire. Il ne pouvait pas trop comparer, mais il se doutait bien que tout ce travail devait avoir quelque chose d'épuisant. Personnellement, il doutait de pouvoir tenir une semaine entière à classer des reliures sur des étagères, c'était bien trop répétitif pour lui. Il avait besoin de varier, toucher la matière, réparer, construire et avoir un produit fini. Bien sûr, il pouvait être tout aussi routinier de sans cesse remettre en ordre les fusibles pour rallumer la télévision du foyer lorsque l'orage grondait, mais les pannes avaient toujours un petit quelque chose d'unique. Tantôt c'était une fissure verticale dans une conduite d'eau qui demandait une simple rustine, tantôt un problème de filtre pour laquelle clef à molette et huile de coude seraient indispensables pour deux passionnantes heures à démonter de la bonne mécanique. Beaucoup trouvaient cela dégradant, mais il n'aurait cédé sa place pour rien au monde, surtout pas pour un métier comme celui de la jeune femme.

Le brun n'aurait put être davantage au bord de l'explosion de rire à la réprimande de la jeune femme et il leva les mains pour signifier qu'il se rendait.

— Très bien, la prochaine fois je prendrais ma loupe pour vérifier qu'aucun fil ne dépasse et si j'en voit un je te donnerais sa position sur une carte. Aller va, fit-il pour adoucir la moquerie. Ne t'en fait pas tu es superbe et coiffée c'est encore mieux.

Le temps que la jeune femme réalise qu'il était en train de jouer avec son téléphone, Alan fut bien tenter de prendre une photo pour de bon. A la place, il le leva vers elle, la mine faussement concentrée et appuya sur une touche au hasard pour jouer le jeu.

— Osé quoi ? fit-il d'un ton angélique.

Il n'en fallut pas plus pour que la jeune femme se dresse et vienne lui voler son téléphone pour en passer au crible le contenu. Si le geste était prévisible, dire qu'Alan n'en eut rien à faire serait mentir, mais il tâcha de garder bonne figure. Après tout, les quelques photos qui s'y trouvaient n'étaient pas des pires, même plutôt banales. Quelques paysages qu'il avait trouvé à son goût en longeant les rues de la ville, une ou deux images envoyées par ses clients pour son travail - principalement des détails de maison auquel on préfère ne pas faire attention en temps normal - et quelques photos des filles du foyer qui s'étaient amusées à lui dérober son téléphone quelques temps plus tôt. Naturellement, c'était ces dernières qui comptaient le plus.

Le brun afficha un sourire plus doux, sans rien montrer de sa légère tension, et tendit la main pour récupérer son bien. Vérifiant presque aussitôt, prenant tout de même soin de ne pas avoir l'air d'insister, que toutes les images étaient à leur place. Il y avait parmi les dernières citées, des visages qu'il n'avait pas vu depuis longtemps. Des anciens qui étaient passés lui rendre visite, laisser un souvenir sur son portable qui trainait trop souvent dans son bureau et il tenait à cela plus qu'à bien des choses. Il faudrait qu'il les mette sur ordinateur un jour. Son furtif inventaire fait, il glissa l'appareil dans sa poche et s'installa plus confortablement sur sa chaise, regardant la jeune femme retourner à son tri, laissant la dernière question sans réponse. Après tout, elle savait déjà pourquoi.

— Alors ? C'est quelle catégorie aujourd'hui ? Non attends. Laisse moi deviner. Il essaya de se souvenir du système de classement de la jeune femme. Roman policier ! J'adore les romans policiers. Tu en as perdu un ou c'est juste le ménage de printemps ?

   © 2981 12289 0


Alan Rainier
Coeur insouciant vit longtemps ; à coeur vaillant, rien d'impossible... et si on l'écoutait au lieu d'en parler ?

   
   Florissone


Dernière édition par Alan Rainier le Ven 29 Mai - 19:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Identité du conte : La Belle (La Belle et la Bête)
Crédits : /
Avatar : Jenna Coleman
Messages : 318
Date d'inscription : 18/02/2015

MessageSujet: Re: Un kilo de livre et un sourire Jeu 14 Mai - 15:22



 
Un kilo de livres et un sourireAlan x Kate

 

La jeune brune plissa le nez lorsque vint la moquerie plus ou moins directe d'Alan qui éclata presque de rire avant de lever les mains, et de lui "promettre" en quelques sortes que la prochaine fois qu'elle ne serait pas tirée à quatre épingles, il ne se gênerait pas pour le lui faire remarquer avec toute la mise en scène nécessaire pour ce comique de situation.
Quelle délicate attention...!
Kate esquissa alors une moue quelque peu boudeuse alors qu'elle retenait difficilement le sourire qui tentait de percer sur son joli visage et la lueur plus qu'amusée qui étincelait dans son regard. Mais elle ne pouvait s'en empêcher, l'homme à ses côté était quelqu'un à qui elle était très attachée, il devait bien posséder toutes les qualités du monde, et elle ne pouvait tout simplement pas lui résister.
Mais le petit sourire contenu se détendit immédiatement lorsque l'autre lui assura qu'elle était "superbe", et d'autant plus lorsque coiffée, alors que son regard lui se fit déjà plus doux.
Elle ne dit cependant rien de plus, car elle savait parfaitement qu'il était sincère, il n'était pas du genre à mentir de toute façon, alors lui rétorquer qu'il ne devait pas se moquer d'elle n'aurait pas vraiment été approprié.

Cependant, ce petit compliment ne lui permit pas de passer outre sa réaction excessive lorsqu'elle se rendit compte que l'autre avait probablement pris une photo d'elle dans cet état, supposition fausse d'ailleurs. Mais le geste était fait, et elle se saisit vivement du portable d'Alan avant d'en observer les photos, non sans avoir lancé auparavant un regard noir à ce dernier lorsqu'il lui demanda innocemmenet ce qu'il avait osé.
Les yeux parcourant vivement les petites images qui défilaient, la bibliothécaire sembla se calmer, du moins, son visage se détendit jusqu'à ne sembler exprimer plus aucunes émotions à part une sorte de curiosité lointaine.
Cela lui faisait toujours cet effet, c'était comme faire défiler les pages d'un livre déjà lut en lisant quelques mots à l'arrachée tout au long. On voyait défiler l'histoire devant nos yeux, des jours, des semaines, des années, et le tout en quelques secondes. Cela donnait le vertige. Leurs vies n'étaient pas grand chose, et à partir de ces quelques photos on pouvait passer en revue toute la vie de quelqu'un. Mais elle ne savait pourquoi, aussi loin qu'elle s'en souvienne, cette pratique lui avait toujours laissé un arrière goût amère. Comme si... Ce n'était pas complet. Il manquait quelque chose. Elle n'aurait sût dire quoi, mais les faits étaient là et elle n'y pouvait rien.
Et c'était étrangement troublant.

Elle rendit l'objet avec un léger sourire qui étirait ses lèvres, pas très expressif il fallait l'avouer, mais tout de même assez doux envers l'homme qui était venu lui rendre ses livres.
Sa question laissée alors sans réponse passa inaperçu aux yeux de la jeune femme qui après quelques secondes de reflexion, se remit à trier ses livres là où elle s'était arrêtée. Toujours assise sur le sol, il fallait avouer qu'elle faisait désormais un peu plus attention à la façon dont elle se tenait, histoire que la jupe qu'elle portait aujourd'hui ne décide pas brutalement de laisser entrevoir quelques détails qu'elle pourrait regretter.
L'esprit préoccupé à la fois par les photos qu'elle venait d'apercevoir, et par la prochaine rangée qu'elle devait ordonner, ce fut presque machinalement qu'elle se pencha en avant, récupérant un livre quelque peu éloigné d'elle avant de le tourner pour en observer le dos, et plus particulièrement la petite étiquette blanche qui l'ornait. Elle le déposa alors dans un petit tas à ses côtés, et fit ce même riuel plusieurs fois avec à chaque fois un ouvrage différent, ses yeux se plissant et ses sourcils se fronçant au fur et à mesure que les livres défilaient devant elle. Certains n'avaient réellement aucunes raisons de se trouver ici, et elle n'avait aucuns souvenirs de les avoir rangé ici! Mais elle faisait avec, créant alors un nouveau tas, de sorte que bien vite, la jeune fille fut entourée de dizaines de "champignons" de livres.
Les plus poétiques auraient put la comparer à ce genre de jeunes filles assises à même le sol au milieu des fleurs, mais pour le moment, elle même était un peu trop préoccupée pour s'en faire la réflexion. Et puis, de toute façon, même si elle s'en serait rendue compte, elle n'aurait rien fait pour changer cela.
Ces étagères, ces rayonnages, cette odeur de poussière et si enivrante qu'était celle des vieux livres aux pages jaunies... C'était son monde, son domaine. Alors elle n'aurait rien fait pour y changer quoi que ce soit.

Katerine sentit à peine l'homme se détendre derrière elle, et ce ne fut que lorsque ce dernier prit réellement la parole qu'elle sortit de ses livres, semblant alors à nouveau très ouverte car elle lui adressa un sourire encourageant lorsqu'il réfléchit quelques secondes à la tâche qu'elle était en train d'exécuter. Puis lorsqu'il rendit son verdict, elle ne put empêcher son sourire de s'étirer un peu plus, puis elle remit une mèche rebelle derrière son oreille en reprenant son manège de rangement avant de répondre à Alan sur un ton quelque peu amusé:

-Raté...! Les romans policier sont ... environ cinq mètres devant, ou deux rayons si tu préfère, ici c'est la fantasy!

La bibliothécaire lança un regard en coin à l'autre, un sourire à nouveau retenu aux lèvres, puis elle reprit calmement:

-Ménage de Printemps, si on peut dire. Je fais aussi les inventaires d'ailleurs, c'est là que je me rends compte de tous les livres qui ont simplement disparus... C'est une grande bibliothèque et pourtant il me semble qu'il n'y a jamais personne! Faudrait que je comprenne un jour où partent tous ces ouvrages...!

Elle avait dit cela sur un ton plutôt léger, voir même assuré -oui, mener l'enquête était plutôt excitant, et elle était déterminée à découvrir où ils finissaient tous-, mais à chaque livre perdu, son prix était enlevé de son propre salaire, et non sur celui de autres bibliothécaires qui venaient parfois la remplacer. Et évidemment, elle préférait prendre toutes les responsabilités sur elle que d'en faire pâtir ses collègues... Et cela, son salaire et sa vie de tous les jours en souffraient régulièrement.

©clever love.



Revenir en haut Aller en bas


avatar

Double-Compte : Willy, Haigha & Clarky
Identité du conte : L'homme en fer blanc
Crédits : Moi-même
Avatar : Sagamore Stévenin
Messages : 41
Date d'inscription : 12/04/2015

MessageSujet: Re: Un kilo de livre et un sourire Ven 29 Mai - 19:28



   
Un kilo de livres et un sourire
Bibliothèque ~ Un mardi de la malédiction
( Linkin Park → Burning in The Skies )

   De nouveau en possession de ses précieuses photos, Alan se laissa aller sur le dossier et regarda un instant la bibliothécaire s'affairer, affichant toujours son fidèle sourire qui s'élargit encore lorsqu'elle le corrigea.

— Ah oui, les livres la fantasy,
lança-t-il restant songeur une minute avant de partager son avis. C'est dommage. Je crois que j'ai dut passer plus souvent dans ce rayon que dans celui des polars. Pourtant il n'y a rien de mieux qu'une bonne intrigue qui te tiens en haleine jusqu'à la dernière page ! Mais bon, c'est difficile de trouver ce genre de choses. Souvent on devine la solution avant la moitié et après ça perd tout intérêt. Déformation professionnelle je crois. Il y a de bonnes choses aussi en fantasy j'imagine. Tu n'en aurait pas tout un rayon sinon.

La jeune femme lui avait adressé un sourire qui ne manqua pas de se faire remarquer. Les bibliothécaires souriantes c'était bien une chose essentielle. Bien plus que les bons polar sur les étagères.

— Ah ! Et bien tu vois ! J'avais raison. s'exclama Alan en écartant les bras. Rayon polars. Le mystère des livres disparus. Il fit une pause et se pencha en avant, le regard malicieux, mais le visage à peu près sérieux. Voyons quels sont les faits.

L'homme se redressa et jeta un coup d'oeil aux alentours. D'où il était, il pouvait encore voir la porte d'entrée et le bord d'un escalier. Il savait aussi que tous les bâtiments publics avaient des sorties de secours et que le directeur devait avoir son propre bureau quelque part.

— Si je ne me trompe pas, il y a deux sorties possibles, trois si on ajoute les fenêtres, quatre si on creuse un tunnel. Je ne pense pas que quelqu'un se fatigue à ça et je pense que tu m'aurais parler d'un carreau cassé. Si tu n'as pas remarqué de rayures sur les serrures c'est probablement que les livres sont toujours là. Te connaissant je suis certain que tout est rangé à sa place, donc soit ils sont rangés dans une pièce à laquelle tu n'as pas accès, soit ils sont hors de vue. Alan prit une seconde de réflexion avant de poursuivre ses déductions. Naturellement, c'est peut-être quelqu'un qui les a empruntés et à oublié de les rapporter, dans ce cas là je peux ouvrir l’œil pour voir si je trouve ce qui te manque, mais  le secret professionnel couvre mes clients. Hum... Il se pencha soudain vers la bibliothécaire et baissa d'un ton, prenant un air grave. Il reste aussi une autre solution qui serait bien plus embêtante pour toi. Je crois même qu'on ne pourrait rien n'y faire. Je crois... Il jeta un coup d'oeil par dessus son épaule pour vérifier que personne ne l'écoutait. Je crois que tu as ramené les livres chez toi et que tu as oublié de les emprunter.

La lueur de malice ne tarda pas à revenir au grand galop dans le regard bleu de l'homme tandis que son sourire lui fendait les lèvres. Il l'imaginait bien s'être endormit le nez parmi les pages et avoir oublié de le récupérer au réveil. Oui, c'était tout à fait elle. Alan laissa sa plaisanterie faire effet et se redressa toujours aussi ravi de sa visite. Dommage qu'il n'ait pas le temps de passer plus souvent.

— Enfin, reprit-il toujours léger mais plus sérieux. Si vraiment tu penses que quelqu'un aurait pu les voler n'hésite pas à me demander, je pourrais peut-être t'aider. Je regarderais si je les vois pendant mes tournées et je peux demander aux autres de faire pareil. Tu verras que tes livres reviendront vite. Il te manque quoi ?

Bien sûr, elle n'accepterais sans doute pas qu'il l'aide, trop fière et tête de mule comme d'habitude, mais cela ne l'empêcherait pas de le faire quand même. Jouer les enquêteurs pour des petites bricoles ne le dérangeait pas le moins du monde. Bien au contraire.

   © 2981 12289 0


Alan Rainier
Coeur insouciant vit longtemps ; à coeur vaillant, rien d'impossible... et si on l'écoutait au lieu d'en parler ?

   
   Florissone
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Identité du conte : La Belle (La Belle et la Bête)
Crédits : /
Avatar : Jenna Coleman
Messages : 318
Date d'inscription : 18/02/2015

MessageSujet: Re: Un kilo de livre et un sourire Lun 1 Juin - 21:34



 
Un kilo de livres et un sourireAlan x Kate

 

Kate esquissa un fin sourire sans jeter un seul regard à son interlocuteur cette fois, continuant son rangement bien que son esprit était d'ores et déjà ailleurs, comme bien trop souvent d'ailleurs.

-Oh, tu sais, il y a aussi quelque petites merveilles dans la fantasy, même si pour ma part je raffole des bons contes.

Elle se tût un instant, tentant de se remémorer le dernier livre du genre qui avait défilé sous ses doigts... Oui, il lui semblait qu'il s'agissait d'un livre concernant un autre-monde qui avait toujours existé, bien avant la Terre, les surveillant de loin, certaines familles assez riches vivaient même parmi eux, et ce monde était composé de mages et de créatures merveilleuses telles que les dragons, centaures griffons ou hippogriffes! Des histoires de guerres, de complots, d'amour et d'histoire incongrues qui lui avait valus plusieurs nuits blanches à tenter de trouver la solution au mystère du jour... Un autre livre où un jeune homme brillant qui avait le pouvoir de contrôler les éléments à la seule force de sa pensée et qui déjouait pièges et machinations de Dieux sans coeurs qui ne voulaient que dominer les cieux, et les terres. Asgard, l’Yggdrasil, les gardiens des Mondes et sans oublier tous les paradis pour les croyants, à croire que la Fantasy ne se contentait pas de créer un monde de toute pièce, un monde qui nous transportait autre part, loin de notre petit siège en cuir, mais reprenait toutes les légendes possibles et inimaginables pour que tout cela nous paraisse si... Si réel!

-Mais si tu veux vraiment mon avis, tous les livres méritent d'être lus et relus. Chacun possèdent des secrets qui ne demandent qu'à être découverts, des secrets que nous ne pouvons comprendre qu'en lisant un nouveau livre, la suite oui, mais aussi une nouvelle histoire toute différente. Un livre, quel que soit le sujet, recueille toute la complexité de l'humanité, mais pour la voir, il faut tout simplement en lire toujours plus pour enfin voir l'évidence même qui est juste devant nos yeux!

Emportée dans son élan, la jeune femme se pencha en avant pour se saisir d'un livre encore dans une étagère, le feuilletant rapidement alors qu'elle reprit bien vite la parole:

-Tiens, regarde ce livre. C'est de la Fantasy, mais il est inspiré des contes de Grimm... Chacun d'entre eux sont très intéressant, révèlent des secrets sur nous-mêmes que nous ignorons souvent, bien plus que la petite moralité digne de Jean de la Fontaine! Pas que je le critique, à chacun son art, mais j'avoue trouver plus de noblesses dans les pages que dans les strophes...

Un sourire vague flotta encore un instant sur ses lèvres, avant qu'elle ne tourne la tête cette fois vers Alan, rayonnante, comme toujours, avec ce léger air enfantin, presque naïf, qui faisait là une grande partie de son charme. Elle ressemblait alors peut-être à une enfant, mais malgré tout, il restait dans ses yeux et sur ses traits toujours cette lueur intelligente, qui en disait moins que ce qu'elle pensait, même s'il fallait bien avouer, se confier à un homme tel que celui à ses côtés n'était pas une épreuve trop difficile pour la jeune brune.
Puis vint alors "le retour du mystère des livres disparus", et cette affaire fit soupirer Kate qui haussa légèrement les épaules avant de reprendre son rangement, juste après que l'homme se pencha vers elle l'air presque sérieux, lui arrachant un léger sourire presque provocateur au passage. Elle pouvait dire ce qu'elle voulait, Alan avait toujours le don de réussir à la faire rire, et c'était souvent bienvenue.
Elle tenta tant bien que mal d'ignorer celui qui, à ses côtés, se permit une petite séance de déduction, elle même, un petit rictus contenu collé au visage, rictus qu'elle s'employait d'ailleur à cacher. Elle ne pouvait pas lui reprocher de se chercher des occupations, il avait beau apprécier les bibliothèques et la lecture, rester assis dans ce genre d'endroit sans rien pour s'occuper qu'une vague amie en plein inventaire n'était jamais très intéressant. Et pourtant, c'était fou à quel point il rendait la situation plaisante!
Mais lorsque son ton se fit plus bas, sentant son ombre caresser son dos, la bibliothécaire ne put s'empêcher de tourner la tête, fronçant légèrement les sourcils par incompréhension, avant d'esquisser une moue vexée mais sans aucuns doutes amusée, lâchant alors un "Mais oui c'est cela...!" alors qu'elle tentait -en vain- de se reconcentrer sur ses bouquins.

-Non, mais pour revenir à des sujets plus sérieux, cela fait un moment que cela dure et je n'ai réellement aucune idée où ils peuvent bien disparaître ainsi. Je les ai déjà cherché, et plus d'une fois j'ai vérifié chez moi... Que crois-tu? Mais qu'importe...

Elle fit une courte pause, hésitant une seconde sur quel tas placer l'un des ouvrages qu'elle tenait dans ses mains, puis elle reprit sur un ton déjà plus léger:

-Je te remercie pour ton... attention, mais cette petite affaire... Et bien, disons que dans ce travail il n'y a que très peu de de rebondissements, alors c'est mon défi. Laisse moi le plaisir de résoudre ce mystère, d'accord?

Un doux sourire vint accompagner cette demande, alors que ses prunelles noisettes se posèrent sur l'homme à ses côtés. Un peu d'adrénaline et de remue-méninges ne faisait pas de mal, et même si elle aurait particulièrement apprécié que l'autre vienne concrètement l'aider à ses côtés, le laisser faire ses petites magouilles de son côté... Sûrement pas!

©clever love.



Revenir en haut Aller en bas


avatar

Double-Compte : Willy, Haigha & Clarky
Identité du conte : L'homme en fer blanc
Crédits : Moi-même
Avatar : Sagamore Stévenin
Messages : 41
Date d'inscription : 12/04/2015

MessageSujet: Re: Un kilo de livre et un sourire Sam 20 Juin - 0:28



   
Un kilo de livres et un sourire
Bibliothèque ~ Un mardi de la malédiction
( Linkin Park → Burning in The Skies )

   Sans rien ajouter, mais toujours avec le sourire, Alan regarda la jeune femme se perdre dans ses pensées, semblant rêver les yeux ouverts sur quelque chose qui ne l'avait jamais vraiment intéressé. Il y avait bien trop à faire dans le monde réel pour qu'il se lance dans l'imaginaire et il n'avait jamais compris ce que l'on pouvait trouver à toutes ces histoires. Plus jeune, comme tout le monde, il lui était arrivé de jouer aux chevaliers et il avait eut une période magicien pour épater la galerie, mais il avait grandit depuis et tout cela ne lui semblait rien de plus qu'une sorte de passe-temps pour enfants. Toutefois, il ne fit aucun commentaire là-dessus et laissa la bibliothécaire revenir d'elle-même dans leur bon vieux monde. Il cru un instant qu'elle y était parvenue lorsqu'elle s'adressa de nouveau à lui, mais du se rendre à l'évidence qu'elle en était encore loin lorsqu'elle se lança avec passion dans une sorte de cours accéléré de l'histoire des livres. Son élève, hélas, n'en écouta pas un mot, distrait par d'autres occupations plus terre-à-terre.

— Sans doute, répondit-il avec le même air bienveillant qu'il aurait eut si une fillette était venue lui montrer un joli gribouillage, Ce doit être passionnant, mais ce ne sont pas vraiment des choses qui me parlent, tu sais. Le dernier livre du genre que j'ai dut lire ce devait être au lycée et je ne suis même pas sûr de l'avoir fini et de toute façon maintenant je n'ai plus le temps.

Ce qui l'intéressait en revanche c'était de savoir quel genre d'affaires pouvaient bien régler ses anciens collègues du poste de police. L'action dans le métier lui manquait. Traquer les pistes, regrouper les indices et, surtout, enquêter sur le terrain en faisant parler les suspects quelques soient les risques. Ce n'était pas qu'il s'ennuyait ni qu'il se plaignait de sa vie actuelle, mais il n'aurait pas été contre un peu plus d'imprévus. En attendant, il faudrait se contenter de résoudre des affaires de compteurs électriques égarés et de livres volés.

La bibliothécaire ne sembla d'ailleurs pas très convaincu par ses déductions. Son charmant sourire la trahissait bien malgré tous ses efforts pour le cacher. Alan n'aurait manqué pour rien au monde une occasion de voir un visage radieux comme celui-là, aussi se promit-il que le sujet sérieux ne le resterait pas longtemps.

— Très bien mademoiselle Sherlock-Kate. Je vous laisse donc régler l'affaire. Préviens moi quand même si tu tombe sur le chien des Baskerville. répondit Alan avec un rapide clin d'oeil. En attendant, reprit-il en se levant. Que dirais-tu de faire une petite pause pour respirer un peu ? J'imagine que tu as encore dut rester là toute la journée et que tu va me dire que je n'ai pas à m'en faire pour pouvoir continuer encore jusqu'à demain matin au mieux, mais il faut que tu t'aère. Je suis sûr que tu retrouvera ton livre une fois que tu te seras un peu changé les idées. Tu connais la chanson, c'est quand on ne le cherche plus qu'on trouve ce qu'on a perdu.

Avec précaution, l'homme contourna les piles de livres pour s'approcher de la bibliothécaire et lui tendre la main dans le but de l'aider à se relever.

— Alors ? Qu'est-ce que tu en penses ? Je t'offre un verre ?

   © 2981 12289 0


Alan Rainier
Coeur insouciant vit longtemps ; à coeur vaillant, rien d'impossible... et si on l'écoutait au lieu d'en parler ?

   
   Florissone
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Identité du conte : La Belle (La Belle et la Bête)
Crédits : /
Avatar : Jenna Coleman
Messages : 318
Date d'inscription : 18/02/2015

MessageSujet: Re: Un kilo de livre et un sourire Lun 22 Juin - 19:42



 
Un kilo de livres et un sourireAlan x Kate

 
Katerine écouta distraitement l'homme à ses côtés continuant son tri en s'attardant quelques fois sur tel ou tel ouvrage, consacrant soudainement plus d'intérêt à ce que disais l'autre lorsqu'elle saisit ce qu'il était réellement en train de lui dire : il n'appréciait pas particulièrement le monde fabuleux des livres, mais acceptait parfaitement qu'elle, elle apprécie cet univers si différent.
La jeune femme esquissa un sourire légèrement crispé bien qu'il fut calme et paisible, comme si elle se remémorait, nostalgique, un ancien et très précieux souvenir. Elle finit par lever les yeux vers Alan, lui souriant tendrement tout en lâchant simplement:

-J'ai la chance d'avoir encore tout le temps pour profiter d'eux, mais bon, chacun a ses goûts n'est-ce pas? Mais il me semble que tu me l'avais déjà dit... Seulement, va savoir quand!

Une lueur presque enfantine brilla au fond de ses pupilles alors qu'elle reprenait presque sans interruption, mais cette fois, sur une intonation presque de défi:

-Et puis, laisse moi ma chance et du temps, et je suis presque sûre que je serais capable de te faire apprécier ces vieux bouquins! Tu paries?

Après tout, il y avait tellement de façons de lire un livre! On pouvait bien évidemment le lire tranquillement chez soit, un chocolat chaud près de soi et un pled sur le dos, mais on pouvait aussi le jouer, avec l'intonation et la voix, le lire à plusieurs, le mettre en scène... Un livre pouvait être le support de tellement d'émotions, et de souvenirs... Alors si il le lui permettait, elle lui apprendrait à apprécier ce qui aujourd'hui, était sa passion. Et ce, même s'il devait apprécier le moment, et non l'ouvrage qu'elle lui aurait choisi.

-Et puis, j'ai connu un homme qui ne cessait de dire : "Il n'y a pas de personne qui n'aime pas les livres, il y a des personnes qui n'ont tout simplement pas encore trouvé le bon livre.", alors dans ce labyrinthe dans lequel je travaille, je devrai bien te trouver quelque chose!

Mais bon, elle ne rêvait pas non plus, s'il était réellement contre tout ce qui était "lecture", elle ne pourrait rien y changer, et s'il ne voulait pas tenter l'expérience, elle ne le forcerait pas. Ce n'était pas son genre, toute personne avait le choix, le lui enlever était... tout simplement inhumain.
Puis, la jeune brune se replongea dans son univers si familier, recommençant son tri là où elle l'avait laissé alors que la pile qui restait à classer s'amincissait à vue d’œil. Mais elle ne put continuer sa tâche très longtemps, car ce charment élément perturbateur qui lui faisait la conversation reprit sans attendre, lui attribuant un petit surnom qui lui arracha un sourire qu'elle tenta de retenir tant bien que mal alors qu'elle faisait mine d'ignorer ces nouvelles paroles. Cependant, lorsque Alan lui proposa de sortir un peu, elle fut bien obligée de tourner la tête vers ce dernier, l'observant de ses grands yeux noisettes alors qu'il prédisait déjà ses futurs arguments. Elle ne put retenir un léger rire alors qu'elle remettait une mèche en place: la connaissait-il vraiment aussi bien que cela?

-Un jour tu me diras que je suis trop sérieuse tu verras...! soupira la jeune bibliothécaire avec un doux sourire aux lèvres.

Elle releva la tête tandis qu'elle se saisissait de la main que lui tendait ce gentleman du nom d'Alan, se redressant lentement avant qu'elle n'époussette sa jupe, vérifiant tout de même cette fois qu'aucun épi ne la trahissait ou encore que sa jupe ne s'était coincée sous aucuns livres... Ne sait-on jamais, la malchance prenait quelques fois un malin plaisir à s'acharner sur elle!

-Tu as probablement raison, inspecteur Lestrade, une petite pause ne me fera pas de mal. conclut-elle en souriant toujours autant, planter ses prunelles dans celles de son compagnon d'enquête.

Lorsque l'on y regardait de plus près, c'était fou à quel point ses yeux pouvaient être magnifiques...

©clever love.



Revenir en haut Aller en bas


avatar

Double-Compte : Willy, Haigha & Clarky
Identité du conte : L'homme en fer blanc
Crédits : Moi-même
Avatar : Sagamore Stévenin
Messages : 41
Date d'inscription : 12/04/2015

MessageSujet: Re: Un kilo de livre et un sourire Ven 26 Juin - 13:47



   
Un kilo de livres et un sourire
Bibliothèque ~ Un mardi de la malédiction
( Linkin Park → Burning in The Skies )

   Alan eut un petit sourire espiègle. Qu'ils aient déjà eut cette conversation ne l'aurait pas surpris le moins du monde, mais ils n'étaient plus à ça près avec l'habituelle manque d'attention de la bibliothécaire. Ce qui l'amusait en réalité c'était la conviction avec laquelle la jeune femme affirmait pouvoir le faire changer d'avis. Non pas qu'il y avait là un véritable défi à relever, mais il fallait reconnaitre que la voir ainsi s'emporter comme si elle partait en campagne contre illettrisme avait quelque chose d'adorable. Quoiqu'il en soit, le combat épique de Kate Nolan devrait attendre, pour l'instant il avait de meilleurs projets en tête. Alors que la jeune femme se relevait, ses délicates mains appuyant dans les siennes, Alan prit un air taquin.

— Trop sérieuse ? Il me semble que je te l'avais déjà dit, mais va savoir quand.

Il laissa à la jeune femme tout le temps nécessaire pour se relever, la regardant, amusé, vérifier plutôt deux fois qu'une que son apparence était impeccable. Mais lorsqu'elle se mit elle aussi à le surnommer, il ne put s'empêcher d'avoir un rire.

— Lestrade ? Voilà qui est très valorisant !
s'exclama-t-il sans plus se soucier d'être discret.

Heureusement, en dehors de la bibliothécaire il n'y avait personne pour se plaindre qu'il faisait trop de bruit. Alan adressa un nouveau sourire à la jeune femme et lui prit le bras comme les princes dans les contes... enfin, comme les princes dans les films adaptés de contes.

— Très bien, va pour Lestrade, mais que ça ne devienne pas une habitude ou je serais obligé de t'appeler Sherlock pour de bon, plaisanta-t-il. Avoue que ce serait dommage. C'est tellement plus agréable d'offrir un verre à une jolie fille telle que toi plutôt qu'à un vieux détective en papier.


   © 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Identité du conte : La Belle (La Belle et la Bête)
Crédits : /
Avatar : Jenna Coleman
Messages : 318
Date d'inscription : 18/02/2015

MessageSujet: Re: Un kilo de livre et un sourire Sam 15 Aoû - 14:59



 
Un kilo de livres et un sourireAlan x Kate

 
Kate leva légèrement un sourcil lorsque le brun dit qu'il lui avait sûrement déjà fait la remarque d'être trop sérieuse. C'est sûr que quelque part, en y réfléchissant, c'était tout simplement impossible qu'il ne lui ait pas déjà dit. C'est sûr que quelques fois, elle était un peu trop terre à terre, peut-être un peu trop dans son monde aussi, mais c'était ce qu'il lui plaisait, et puis, pour ce qui était de s'évader, elle avait quelques amis comme Alan, qui eux, n'hésitaient pas à lui montrer le monde extérieur, et ça aussi, c'était quelque chose qu'elle appréciait.

-Sûrement, qui sait?

Elle s'était ensuite relevée, prenant cette fois le temps de vérifier que tout était parfait avant de reprendre la parole, et à vrai dire, la réaction d'Alan face au surnom qu'elle venait de lui donner la fit une nouvelle fois sourire, alors que dans ses yeux pétillait encore et toujours cette petite lueur espiègle qui faisait son charme. Qu'avait-il comme problème avec Lestrade? Il avait pourtant un charisme certain, grand homme d'action dans les rangs des forces de l'ordre, il avait tout d'Alan! La bibliothécaire leva les yeux au ciel, puis reprit sur un ton à la fois taquin et quelque peu vexé:

-Tu ne vas tout de même pas t'en plaindre? C'est pas toi qui te traîne le nom d'un enquêteur sociopathe qui n'éprouve pas le moindre intérêt pour le genre humain! Et puis, entre nous, j'ai toujours trouvé que Lestrade avait un charme non négligeable...

Elle le fixa dans les yeux, retenant un sourire amusé, puis, elle observa l'entrée de la bibliothèque, ou du moins, là où elle devait se trouver car à travers les nombreuses étagères et rangées de livre, il aurait été difficile de l'apercevoir, songeant en même temps qu'elle devrait prévenir quelqu'un d'autre venir veiller sur la bibliothèque. Enfin, ce fut jusqu'à ce qu'Alan attire à nouveau son attention en parlant de "prendre un café avec une jolie fille". Et la réaction fut immédiate. Les yeux de la jeune femme s'aggrandirent brusquement alors qu'elle tourna vivement la tête vers son interlocuteur, de l'incompréhension, du plaisir, le tout mêlé à de la surprise sur son visage alors que quelques "Un café? Avec qui donc? Moi? Je suis la... s'échappèrent, avant qu'elle ne détourne le regard, fixant le sol, ses joues rosissant à vue d'oeil tandis qu'elle tentait de garder une certaine contenance.
Enfin, peine perdue, elle était peut-être trop sérieuse, mais côté émotions, on pouvait aisément tout lire sur son visage. Et ce, à son grand désarroi!

©clever love.



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un kilo de livre et un sourire

Revenir en haut Aller en bas

Un kilo de livre et un sourire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Fête du Livre
» Soeur Sourire
» Un sourire démoniaque pour une lumière divine : Lakusas Dreyar
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne
» Uglies, un livre....prettie ? ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: CÔTÉ EST :: La Bibliothèque-